histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 libération de Wallers (Nord) 1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: libération de Wallers (Nord) 1918   Sam 15 Nov - 2:32

post de chris59mp

Voici l’histoire de la libération du village de Wallers, près de valenciennes par les toupes canadiennes en octobre 1918.

Elle nous est racontée par deux cousins ayant 12 ans a l’époque.

C’est également l’histoire de la dernière action du caporal Gray, tué le 20 octobre, et dont nous conservons le souvenir avec le fils d’un des deux cousins.

Octobre : Depuis août 1914, notre région est occupée par les allemands. Cependant, plusieurs indices nous font penser à une libération prochaine.

Les allemands organisent leur départ. Ils font sauter le clocher de l’église Saint Barbe d’Arenberg, de nombreux carrefours sont minés dans le village : les quatre rues le Pont de pierre, etc…. les troupes repassent à pied sans arrêt, le profil bas, avec des scènes d’insubordination surprenantes.

Le bruit du canon que nous percevions parfois, quand le vent était favorable, était maintenant permanent et de plus en plus proche.

Le matin du vendredi 18 octobre, les « boches » nous sortent de nos maisons en hurlant que tout allait sauter. Les artificiers mettaient le feu aux mines. Tous, jeunes et vieux, nous courions aussi vite que nous le pouvons.

Un vacarme extraordinaire accompagné d’un tremblement de terre nous arrêta et nous jeta tous contre terre. la route tremblait, à un point que l’on aurait pu croire qu’elle était minée également.

Le danger que l’on craignait dessous était au dessus. Malgré la centaine de mètres qui nous séparait du carrefour du Pont de pierre, il se mit à pleuvoir des pierres, des pavés et un tas de choses. Le carrefour, les maisons environnantes, tout tournoyait en l’air et retombait avec fracas.

Afin de permettre la défense ou l’évacuation de valenciennes, les allemands avaient disposé, entre autres, un barrage entre bellaing et wallers. Il avait pour mission de retarder l’avance des Alliés.

Ils utilisèrent le talus formé par la ligne de chemin de fer reliant la fosse d’Arenberg à Denain comme rempart pour abriter leurs troupes. Une mitrailleuse, en avant poste dans une tranchée circulaire près d’une ancienne carrière d’argile, était le centre du dispositif. Une batterie d’obusier (plus probablement de mortiers) était en position à la cachette (rue B. Malon) entre deux chaumières ; position qui dominait le vallonnement. C’est a ce dispositif qu’allaient se heurter nos libérateurs.

Un bruit court dans le quartier : nos soldats sont dans Wallers depuis cette nuit. D’un commun accord, mon cousin et moi n’y tenant plus, nous décidons d’y aller.

Il arrivaient par la rue du Faubourg, marchant le long des murs, fusils en main. La difficulté pour avancer n’était pas la résistance de l’ennemi, mais les acclamations des habitants. Ce n’était pas des soldats français comme nous le pensions, mais des canadiens francophones. Vite nous faisons demi-tour, content de les avoir vu et de pouvoir confirmer la nouvelle.

En arrivant dans les gravats du carrefour, nous croisons un sergent allemand qui allait en direction du village. Son manteau d’artilleur ouvert, sans arme, en touriste en quelque sorte. Sa rencontre avec les canadiens ne pouvait manquer (peut être la cherchait t’il ?). Une femme sur sa porte l’avertit de l’évènement. Il continua en lui répondant « je vais voir madame ».

Dès qu’il fut aperçu par les canadiens, il fut salué de quelques coups de feu. Se jetant au pied de la haie qui bordait les jardins, il fut relevé comme prisonnier.
Les éclaireurs étaient suivis d’une compagnie qui continua après le carrefour, en direction de la rue Blanquart (actuelle rue Jules Guesde) ils n’avanceront pas plus loin que le carrefour de la Drève.

Les soldats étaient de plus en plus nombreux. Ils étaient accompagnés de mulets, attachés a la file par trois, chargés de toutes sortes de colis. La où les roues ne passaient plus, eux passaient toujours. Ils franchirent les décombres du carrefour avec une aisance qui faisait plaisir à voir.

Avertis du barrage qui les attendait, ils cantonnèrent chez nous et organisèrent leurs services dans les maisons et les fermes environnantes. Nous étions le samedi après midi, on devinait que la bataille se préparait. Apres avoir placés des sentinelles, aidés par les gens qu quartier, ils organisèrent un passage dans le carrefour éventré. Chacun y mettait du sien, on était fier de travailler avec nos soldats, on avait l’impression de participer à la victoire.

Une mitrailleuse fut installée au centre de la cour de la ferme et se mit à tirer sans arrêt, assez haut en direction de Valenciennes. Sans qu’on en comprenne la raison. Avec les planches des chariots et quelques piquets, ils édifièrent un échafaudage afin de pouvoir tirer au dessus du mur, vers Bellaing.

Dès l’aube, le dimanche 20, les combats s’engagent. Des soldats écossais (en fait des soldats du 13ieme battalion de highlanders canadiens) arrivent du village et débordent par le chemin du chau-chau. Les nombreux saules les abritent de la vue des allemands. Quand les premières vagues furent aperçues, les canons de la cachette (mortiers) ouvrirent le feu. Au départ d coup, les officiers donnaient un coup de sifflet et tous se jetaient au sol, pour se relever et repartir aussitôt les obus arrivés.

De par sa situation sur le champ de bataille, le ferme de l’oncle Auguste (38 rue Paul Lafargue) faisait comme un rempart entre les belligérants et protégeait nos alliés.



LE CAPORAL GRAY


Un petit groupe parvenu au pied des bâtiments pénétra dans la maison par la porte arrière. Apres la surprise et les présentations, ils mirent des rations sur la table et demandèrent de leur préparer un bon café.

Le chef de groupe, le caporal GRAY, mis cette pose à profit pour aller observer ce qui se passait en face. Il progressa vers l’ennemi en longeant la route au bord du fossé. Arrivé a proximité du café (77 rue Paul Lafargue) il se coucha sur le pont du chemin des pâture (il n’existe plus, un drain ayant été installé) de là, il pouvait découvrir le dispositif de l’ennemi.
L’emplacement des obusiers, du nid de mitrailleuse installé près de la maison au bord de la voie ferrée abritant de nombreux tireurs.

Pendant le temps où notre caporal faisait ses découvertes, non loin de la, à 500 mètres environ, un sergent allemand observait à l’aide de ses jumelles, la progression des canadiens.
Soudain il aperçoit notre observateur. Le garde-barrière l’avait également vu et espérait que le « boche » ne le verrait pas. Sans le quitter des yeux, il demanda un fusil à un de ses hommes puis tira trois fois. Touché, le caporal gray roula dans le fossé où il expira.

Abrité derrière le mur de la ferme, mon cousin et moi, malgré la mitraille, regardions la progression des soldats. Ils passaient par vagues successives. Apres que le dernier groupe ait disparu, un soldat resté couché parmi d’autres, nous ayant aperçu, nous fit des signes désespérés avec son casque. Profitant d’un moment d’accalmie dans les tirs, vivement nous arrivons à sa hauteur. Il ne pouvait plus marcher, il avait une balle dans le genoux qui était aussi gros qu’il ballon de football, c’était d’autant plus affreux qu’il était en kilt. Il nous demanda de l’aider a se mettre a l’abri. A deux nous l’avons ramené jusqu’au mur de la ferme. Avec l’aide d’un voisin, on le rentra dans la maison où il prit du café en attendant les secours. Les infirmiers sont venus le chercher, répondant a ses plaintes, pour le consoler, ils lui dirent « tu a de la chance, pour toi la guerre est finie »

L’infirmerie et la cuisine roulante étaient installées dans les fermes de la rue Blanquart, pres du carrefour du Pont de pierre.

Malgré sa maison éventrée, Floris Brassart, artisan charron, était mobilisé à faire des cercueils. On ramassera beaucoup de morts a d’avantages de blessés sur le champs de bataille du remprez.

Le lundi matin, on s’aperçut que les allemands avaient décrochés a la faveur de la nuit, c’est a ce moment que furent libérés Arenberg et Bellaing.

Malgré les maisons démolies, les villageois étaient en liesse. Chacun étant occupé a remettre tout en ordre, comme après une tornade.

Les autorités civiles demandèrent aux jeunes garçons de notre age de ramener a la mairie toutes les armes qui étaient restées sur le terrain ? pour nous c’était comme un jeu, et c’était à celui qui en rapporterai le plus grand nombre.

En souvenir du caporal gray, tué le 20 octobre, j’ai conservé sa baïonnette, il était le seul dont j’avais le nom. Mon oncle me l’ayant dit.

La fréquentation d’un champ de bataille réserve de désagréables surprises. Alors que nous recherchions les armes, nous apercevons ce que nous pensions être un kilt, de l’autre coté
De la fontaine, parmi les grandes herbes. Apres avoir trouvé un passage, nous rejoignons notre trouvaille. La nous découvrons que le kilt est porté par un soldat mort, couché sur le ventre, la figure baignant dans son casque. Il va de soit que nous n’avons pas touché au kilt (dans ses temps de grande pénuries, nous récupérions les kilts autant que possible, vu leur grande quantité de tissu).

Au sujet du kilt, afin de le protéger au combat, une toile cirée qui était dissimulée dans un pli était déployée autour et servait de housse.


Un peu plus tard, il y eu un grand défilé dans le village, avec les soldats et leur fanfare. Le plus beau jamais vu dans Wallers, tout le monde y participait.

Les soldats tués furent enterrés dans le vieux cimetière derrière l’église, avant d’être exhumés et regroupés dans le cimetière d’Auberchicourt.



Les tués à Wallers :

-Le lieutenant STEWART
-Le caporal GRAY
-Le caporal BARKUST
-Le soldat MOORIS
-Le soldat DEAN
-Le soldat FERGUSON
-Le soldat SHEPHERD
-Le soldat GILLOLY
-Le sapeur LLOYD




les tombes a Auberchicourt:






La tombe du caporal Gray



le caporal gray



le lieu de la mort du caporal Gray



sa baionette







N’oublions jamais leur sacrifice.


http://www.youtube.com/watch?v=kluDSTaEUEU&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
libération de Wallers (Nord) 1918
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Guerre de Libération dans l'Italie du Nord, 1945
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» bande d'imprimés du comité de libération
» Femme qui lit... libération
» libération de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: