histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Août 1914, la mobilisation

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3358
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Août 1914, la mobilisation   Jeu 18 Jan - 13:07

post de digo

Bonjour,
Le samedi 1er août 1914, à 4 heures de l'après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin. C'est la mobilisation générale. Le 99ème anniversaire du début de la Grande Guerre arrive. Je vous propose d'illustrer la mobilisation et l'arrivée au front des régiments français à travers l'historique, des objets, des photos d'époque, ce régiment par régiment.

Je commence avec 2 régiments Rochelais, le premier le 138 ème Régiment d'Infanterie Territoriale, à suivre l'active avec le 123 ème Régiment d'Infanterie :


Le 3 août 1914, les Officiers du 138ème Régiment d'Infanterie Territoriale (RIT) sont convoqués à La Rochelle. Les Sous-officiers, Caporaux et Soldats provenant des recrutements de la Charente-Inférieure (future Charente maritime), de la Gironde, des Landes, des Basses-Pyrénées et des Hautes-Pyrénées, arrivent le 13 et le 14 août. L'effectif est alors de 39 officiers et 3.063 sous-officiers, caporaux et soldats.
Le Lieutenant-Colonel Bruyelle, Commandant le Régiment, présente le drapeau sur la place d'armes de La Rochelle (actuelle place de Verdun) le 16 août.






Les 3 bataillons partent ensuite par train à partir de la gare de La Rochelle qui n’était pas alors dans sa configuration actuelle :
le premier (12 officiers, 971 hommes), sous les ordres du Commandant Galabert
le deuxième, sous les ordres du Commandant Leclercq
le troisième, commandé par le Chef de Bataillon Arrecgros.



Le 17, le régiment débarque à Orléans et cantonne dans les environs,. Du 17 août au 13 septembre, il poursuit son instruction et son entraînement.
Le 14 septembre 1914, les deux premiers bataillons sont envoyés sur Bricon, près de Chaumont.  Ils vont assurer :
l’escorte des prisonniers allemands de Verdun à Bricon,
l'assainissement des champs de bataille sur le territoire des communes de Laimont, de Villers aux Vents, de Courcelles sur Oise, Issoncourt, Beauze, Serancourt, Sommaines, et aux environs de Bar-le-Duc,
enfin peu après la construction de lignes défensives et de tranchées de deuxième ligne à Clermont-en-Argonne.
Le 3ème Bataillon, l'État-major et la Compagnie Hors Rang quittent Orléans le 1er octobre, et parvient à Amiens le 2 octobre. Il va se rendre ensuite à Doullens par étapes pour assurer le service de la gare et l’administration d’un dépôt d’éclopés.



Le képi de l’infirmier au premier plan :



J’avoue ne plus me rappeler d’où sortent les 2 photos d’époque qui illustrent ce post. J’espère que personne ne m’en tiendra rigueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3358
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Jeu 18 Jan - 13:12

post de digo

À l’heure de la mobilisation générale, le 123ème Régiment d’Infanterie  (123ème RI) de la Rochelle, était formé par les classes 1911, 1912, 1913. Il fut complété par les réservistes des classes 1908, 1909, 1910.






Le 5 août 1914, le régiment, composé de trois bataillons, trois sections de mitrailleuses et une C.H.R. (54 officiers, 3286 hommes et 160 chevaux), sous le commandement du lieutenant-colonel Hubert, est embarqué en gare de la Rochelle et débarqué le 7 août à Barisey la Côte (Meurthe et Moselle). Il fait partie de la 69ème Brigade, 35ème D.I., XVIIIème Corps d’Armée, et entre dans la 2ème Armée.



Après avoir cantonné pendant quelques jours prés de son lieu de débarquement, le régiment remonte vers le Nord et se trouve le 15 août à Manonville (15 kilomètres au Sud- Ouest de Pont-à-Mousson). Le 16 août, le 123ème RI se porte par étapes sur Gironville et est embarqué le 18 en gare de Sorcy, à destination de Fourmies (Nord), où il débarque le 19. Le régiment, qui fait partie maintenant de la Vème Armée, franchit la frontière belge le 21 août, se portent par marches forcées vers Walcourt, Chastres (bataille de Charleroi) il est incorporé au 3ème C.A. Le 24 août, il s’établit à Silenrieux, protégeant le repli du 3ème Corps d’Armée.
Le 123ème RI commence la retraite douloureuse par Robechîes, Chimay, Salles, harcelée par des patrouilles de Uhlans. Le 27 août, le 123ème RI est à la bouteille, qu’il tente d’organiser. Le 28, il est à Mont-d’Origny ; le 29, il attaque la ferme de Jonqueuse, prés de Bernot, il ne peut progresser, et se replie sur Landifay, Ribemont. Le 30 août, il participe à la bataille de Guise et se replie sur la Serre Quatre années plus tard, il devait livrer ici de glorieux combats.
Le 123ème RI qui a rejoint le 18ème C.A., reprend son repli vers le sud, passe l’Aisne à Chavonne, la Marne à Dormans, quand les Allemands étaient déjà passés à Château-Thierry la veille, et s’établit le 5 septembre à 5 kilomètres au nord-ouest de Provins au Château de la Houssaye.
C’est de là que le régiment, qui a déjà montré ses qualités d’endurance en battant en retraite pendant plus de 10 jours sans repos, sans nourriture, prend l’offensive, débute dans la bataille glorieuse par l’enlèvement de Montceau-les-Provins, le 6 septembre, sur un ennemi bien supérieur en nombre. Cette première action vaut au 123ème RI une citation au corps d’armée.
Le 7, après avoir repoussé une violente contre-attaque, il reprend la marche en avant et pousse jusqu’à la route Reims Paris. Il franchit le Grand-Morin le 8, le Petit-Morin le 9, la Marne le 10 à Château-Thierry, le 11 l’Ourcq à Fère-en-Tardenois, le 12 à Breuil, et s’arrête à Romain. Le 13, le 123ème RI prend Ventelay et capture un convoi ennemi qui permet le ravitaillement de toute la D.I. L’Aisne est franchie à Pontavert le 14 septembre, et le 123ème RI est de nouveau au 3ème C.A. Le 15 septembre, le régiment participe à l’attaque sur Berry-au- Bac et a comme objectif la ferme du Choléra. Après une légère avance, la progression devient impossible, les positions sont maintenues au prix de pertes élevées. Le 18 septembre, le régiment est relevé. Une compagnie, malgré l’ordre de relève, reste en place pour repousser une forte attaque ennemie et barre ainsi la route de Pontavert.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3358
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Jeu 18 Jan - 13:18

post de Bertrand11

pour honorer le travail commencé par Digo, j'abonde ce sujet avec quelques photos illustrant les premières semaines de campagne des régiments vendéens, 93e et 137e RI.

Partis vers le front le 6 août 1914, premier grand combat le 22 août 1914 à Maissin, Belgique.

Le colonel Hétet, du 93e RI tombe à Fère-Champenoise le 8 septembre 1914, dans la tourmente de la Marne, aux côtés du colonel Lamey qui commande la Brigade et qui meurt aussi le même jour.

Le colonel de Marolles, du 137e RI, tombe à Chaumont St Quentin (à côté de Sedan) le 27 août 1914, juste après avoir appris que le régiment s'est emparé d'un drapeau allemand . "Je meurs content, mes soldats sont des braves".
Lors de la revue précédent le départ du régiment vers le front, il avait eu des paroles fortes:
L'Allemagne vient de nous déclarer la guerre. La France entière est sous les armes. Nous avons un vieux compte à régler avec elle, depuis 44 ans, il faut qu'il soit réglé cette fois de façon définitive, et nous avons l'honneur d'en être.
La campagne sera dure et pénible, il faut le savoir d'avance, et s'y préparer, car l'adversaire n'est pas à dédaigner. Tant mieux, nous n'aurons que plus de gloire à triompher et nous devons tous donner avec joie notre vie pour assurer la victoire à la Patrie.
N'oubliez pas que vos aînés ont inscrit sur les plis de votre Drapeau trois noms de victoire, il reste la place d'en mettre un quatrième; il faut qu'il soit un nom d'Allemagne, comme les trois premiers: Lutzen, Bautzen, Hanau.



















Voici la tombe du colonel Hétet, photo prise au cimetière militaire de Fère Champenoise.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Août 1914, la mobilisation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Août 1914, la mobilisation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouton des Douanes - 1884-1914
» Mobilisation générale 1914
» Tableau d'Honneur 1914-191-19
» Baptême du feu du 16 en 1914
» 1914 - 1919 - DEUXIEME CHAPITRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: