histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BULLRING : le camp d'Etaples, de la terre des tranchées au sable de la plage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: BULLRING : le camp d'Etaples, de la terre des tranchées au sable de la plage   Lun 12 Juin - 21:58

post de grobinew

Le camp britannique d'Etaples était un centre de préparation des soldats venant du Commonwealth, mais aussi un centre disciplinaire réputé très dur. C'est aussi l'endroit où étaient réceptionnées et montées les mitrailleuses qui devaient partir pour le front allié. L'ennemi allemand, attiré par les installations militaires, bombarda la ville, malgré la présence d'un hôpital militaire, causant destructions et victimes parmi la population. (voir photo ci dessous présentant les effets des bombes allemandes larguées par avion)



Aujourd'hui, seul le grand cimetière "anglais" comme le nomme les étaplois est le seul témoignage de l'existence de cette infrastructure militaire à l'époque et aujourd'hui



Ci-joint le plan général du camp.
Mes parents habitent toujours à l'emplacement de la partie administrée par l'Army-Service-Corps repéré ASC prés des rails de stockages que j'ai encore connu mais qui ont été démantelées il y a bien 25 ans...



Suffisament éloigné des combats mais bien relié par les voies de chemin de fer vers Arras et Béthune, Etaples dont la population civile étant aussi réputée acceuillante fut retenue dès 1915 par l'état major britannique pour y être installé un camp de 60 à 70 000 hommes où les troupes pouvaient s’entraîner en permanence sur le Mont Levin. Les installations comprennaient hôpitaux militaires et dépots au sein d'une infrastructure gigantesque qui sera en service jusqu'en 1919.

Photo de troupe néo-zélandaise au Mont-levin (repéré "Rombly Reservoirs" sur le plan )



Vu aérienne du camp après un bombardement allemand.


J'ai agrémenté la suite de ce post avec les photos d'Achille CARON photographe civil originaire d'Etaples qui a immortalisé moult scènes de vies des tommies sur le camp.
Cette formidable collection photos ont aujourd'hui étaient acquise par le musée Quentovic d'Etaples-sur-mer.
Ci-dessous une photo prise à une centaine de metre de chez mes parents.



D'autres scènes du camp d'Etaples




Les renforts débarquaient au port de Boulogne-sur-Mer, et après une marche forcée de 26 km, étaient soumis à un encadrement impitoyable, de la part des instructeurs, surnommés les « canaris », car porteurs d’un brassard jaune. Ces instructeurs, dans leur majorité n’ayant jamais vu le front, mêlent sadisme et cruauté. Ils étaient selon le soldat Notley : « les pires individus que l’on puisse imaginer et qui transformaient la vie des hommes en enfer ». Etaples a connu, en septembre 1917, la révolte des soldats contre les conditions d’entraînement dans ce camp qu'ils surnommaient le "Bull-Ring" (Traduisez: l'arène au taureau). Le Contrôle postal du 17 septembre 1917 évoque la révolte de soldats écossais et canadiens, barrant les ponts avec des mitrailleuses. Le caporal Reynolds témoigne : « Au pied de la colline se trouvait le camp de détention n°1 avec ses malheureux prisonniers attachés par les poignets pendant que, tout en bas sur la plage, luttant dans la boue et la vase, des centaines, des milliers d’hommes de troupes étaient injuriés et molestés. ». Des déserteurs s’organisent en bandes, dans les bois environnants. Une société de déserteurs, « Le Sanctuaire » se forme et trouve refuge dans les tunnels et les puits autour de Camiers. Étaples vécut pendant plusieurs jours des heures dramatiques ; dans ses rues se déroulèrent des scènes extrêmement violentes...pale



Selon certaines études (Allison et Fairley : The monocled mutineer, de 1978, et M. Lecat : Quand les laboureurs courtisaient la terre, 1995), la rébellion débute le 9 septembre 1917. Sur la place d’Etaples, le caporal William Wood est arrêté par la Military Police (MP), pour avoir conversé avec une infirmière, conversation alors interdite ! Le chef de patrouille abat le caporal, lors de l’échauffourée consécutive à l’interpellation. La nouvelle se propage rapidement parmi les Ecossais, Australiens et Néo-Zélandais du camp. Ils s’emparent des armes d’entraînement du camp. La mutinerie débute. Les soldats révoltés se répandent en ville malgré la tentative d’interception du Royal Fusiliers sur le pont des Trois Arches. La chasse aux « canaris » et aux MP commence dans les rues et maisons d’Etaples. Un millier de révoltés venus du Touquet, gagnent Etaples. Le général Thomson, commandant du camp d’entraînement, et ses subordonnés sont jetés du pont sur la Canche. Des exactions sont commises dans la ville d’Etaples. Lucien Roussel, Etaplois de 15 ans, témoigne : « Les troupes britanniques s’abattirent la ville comme de véritables sauvages, chapardant et détruisant tout sur leur passage. Ils occupèrent la Place des jours entiers ».

Après trois jours de révolte, l’assaut sur Passchendaele étant imminent, le commandement britannique décide d’intervenir. Le 19ème Hussards et une partie de la 1st Honorable Artillery Company sont dirigés sur Etaples. Le 13 septembre, deux bataillons retirés du front d’Artois viennent les rejoindre, suivis d’un escadron de Gurkas de l’Armée des Indes. Le 14, le camp est investi. Les révoltés doivent gagner le front. Rien ne permet aujourd’hui d’établir le nombre exact de soldats qui ont alors été passés par les armes.

A Boulogne, l’armée britannique doit aussi faire face à des mutins parmi les Labour Corps. Le maréchal Haig fait exécuter 23 ouvriers égyptiens, puis plus tard, 9 ouvriers chinois.

A Etaples, le caporal Jesse Short a été fusillé le 4 octobre 1917. Le chef de la mutinerie Percy Toplis, déserteur, le « mutin au monocle », est arrêté le 15 octobre 1917 à Rang-du-Fliers ; il s’évade, et est abattu en Angleterre en 1920 dans ce qui s'apparente à une chasse à l'homme...Neutral "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 22:01

post de Byng Boys

ci-joint quelques photos du camp d'Etaples (je m'apprêtais d'ailleurs à créer un post, malheureusement manque de temps !!) celles-ci sont de 1915.





Les dames Canadiennes de l'Ambulance Corps, Etaples, février 1915.



deux souvenirs du camp d'Etaples: une bouteille en grès achetée à un particulier dans les années 90 (celui-ci l'ayant trouvé avec d'autres en moins bon état, lors d'un chantier de construction) et un couvre-boite d'allumettes offert par le St John Ambulance Brigade(association caritative) .




pièces de fouille Britanniques retrouvées à Etaples, témoignages des nombreux cantonnements qui composaient le "Bull Ring". 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Jeu 15 Juin - 19:12

post de grobinew

Tyneside Irish mutin



La mutinerie qui éclata au camp d'Etaples dans le Pas-de-Calais le 9 au 24 septembre 1917 donna suite au passage de 54 hommes en cours martiales pour différents délits.

Quatre d'entre eux furent accusés de mutinerie, trois furent emprisonnés et un seul fut exécuté pour ces faits:
Le caporal Jesse SHORT, un vétéran des tranchées qui avait servi avec le 26th régiment des fusilliers du Northumberland.
L'homme avait été arreté par des gardes sur le front de la Canche lors des troubles vers 21h30 le 10 septembre aprés avoir déclaré aux gardes qu'il n'écoutait pas "ce con d'officier" ajoutant "il n'y a qu'une chose à faireavec ce salaud, c'est lui passer une corde au cou et le jeter dans la rivière"

Traduit en cours martiale le lendemain matin, il présenta ses excuses, disant qu'il était ivre lorsqu'il avait insulté l'officier, mais des officiers témoins alléguèrent que les hommes avec qui Sort s'étaitlié portaient des drapeaux rouges. Cette allusion à un certain radicalisme politique suffit à la cour pour condamner à mort Short.
Il fut passé par les armes et executé à Boulogne-sur-mer le 4 aout 1917.

R.I.P.


Jesse Robert Short Lance Corporal 26/626
24th Battalion (Tyneside Irish) Northumberland Fusiliers
Died on 4th October 1917 aged 30
Son of William and Margaret Eleanor Short.
Husband of Dinah Short of 11 Parkinson Street. Felling. Gateshead.
Boulogne Eastern Cemetery. Grave Reference: VIII. I. 43.

Jesse Robert Short married Dinah Lowe in Gateshead September 1/4 1911
2 daughters:
Margaret H. Short born March 1912 in Gateshead
Mary A. Short born March 1914 in Gateshead
(Jesse Robert Short born Sep.  1886 at Bedwelty Monmouthshire Wales)
(Dinah Lowe born 1886 Corwen Denbighshire Wales)



Sa tombe et l'extrait du registre du cimetière de Boulogne



Le cap badge et le shoulder title de son unité

26th (Service) Battalion (3rd Tyneside Irish)
Il s'agit d'un bataillon de pals
Formé à Newcastle, Novembre 1914.
Juin 1915 : incorporé à la 103rd Brigade, 34th Division.
Débarque en France de Folkstone à Boulogne en Janvier 1916.
En Mai 1916, prend ses quartier à Wizernes près de Saint-Omer.
Baptême du feu à "the Bois Grenier Sector" en février 1916
Participe à la bataille de la Somme, occupe les tranchées de la Boiselle et le 1er juillet attaque à Becourt Wood, Belle Vue Farm et Long Valley to Hennencourt Wood...

...Et un petit hommage musical à Jesse Robert Short
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BULLRING : le camp d'Etaples, de la terre des tranchées au sable de la plage   

Revenir en haut Aller en bas
 
BULLRING : le camp d'Etaples, de la terre des tranchées au sable de la plage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Déménagement vers Haïti
» Wok pommes de terre courgettes
» Michel Honaker - Terre Noire
» Camp de SISSONNE
» Présentation de la manufacture de pipes en terre Scouflaire à Onnaing (Nord) et mes trois dernières...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: