histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douai : Feldzug 1914

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Douai : Feldzug 1914   Lun 12 Juin - 0:59

dossier de Byng-boys

Bonjour à tous, je vous présente cet ensemble de souvenirs ayant appartenu à la famille de ma grand-mère maternelle, logeant tous à Douai durant le premier conflit.
 


l'occupation de Douai:
31/08/1914, Douai voit les Allemands s'installer chez l'habitant pour une semaine et repartent avec 200 Français en âge de mobilisation. Les premiers d'une longue liste de réquisitionnés de 17 à 55 ans. Considérés comme prisonniers de guerre et astreints au travail obligatoire (sinon ils encourent 3 ans de prison et une amende de 10.000 Reichmarks). Ces hommes sont d'abord réquisitionnés pour des corvées ponctuelles puis le travail devient permanent: travaux agricoles, usine, terrassement, réparations de voies ferrées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:00

Posées sur les reliques d'un service à thé en argent, enterré dès le début du conflit dans le jardin familial et déterré après le départ des Allemands (seuls, les chandeliers du piano doivent encore subsister dans la terre), 2 photographies d'occupants Allemands prises dans le même studio de la rue de Lille.
 






Petit détail amusant sur l'équipement de ce landwehr, une cartouchière Lebel, prêtée par le photographe pour le besoin de la photo ?
 





 
Calepin d'une centaine de pages, tout écrit en vers, ayant appartenu à mon grand-oncle Augustin Favier. Bien qu'en âge d'être mobilisé mais atteint d'asthme important, il a relaté ses semaines d'occupation dans ce journal.
Il est mort en mai 1918 à l'âge de 23 ans, tué lors des bombardements des usines Arbel par les Britanniques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:01

Posées sur les reliques d'un service à thé en argent, enterré dès le début du conflit dans le jardin familial et déterré après le départ des Allemands (seuls, les chandeliers du piano doivent encore subsister dans la terre), 2 photographies d'occupants Allemands prises dans le même studio de la rue de Lille.
 






Petit détail amusant sur l'équipement de ce landwehr, une cartouchière Lebel, prêtée par le photographe pour le besoin de la photo ?
 





 
Calepin d'une centaine de pages, tout écrit en vers, ayant appartenu à mon grand-oncle Augustin Favier. Bien qu'en âge d'être mobilisé mais atteint d'asthme important, il a relaté ses semaines d'occupation dans ce journal.
Il est mort en mai 1918 à l'âge de 23 ans, tué lors des bombardements des usines Arbel par les Britanniques


les usines Arbel
Fabriquants de construction de matériel de chemin de fer puis de chassis emboutis pour l'automobile, des wagons. Egalement appelées les Forges de Douai, elles fabriquent des éléments de canons...

Ci-joint un site sur l'histoire de ces usines:

http://rhcf.revues.org/511
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:02

Otages et déportations:
Au mépris des lois de la guerre définies par les conventions de La Haye, l'armée Allemande constitue parmi la population civile des territoires occupés des groupes d'otages. Ces otages doivent répondre de la tranquilité de la population et des actes de sabotage qui pourraient être commis par la troupe, comme tirer contre les soldats ou couper les fils du téléphone. Ils sont choisis la plupart du temps parmi les notables et les élus. 
 
 
 
Tickets de versements de fonds pour les prisonniers de l'agglomération de Douai, déportés en Allemagne:
 














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:02

14/20 octobre 1918, la libération de Douai:
Dans les jours qui suivent la libération de Douai par les troupes Britanniques, une mission militaire Franco-Britannique transforme l'Ecole Normale, rue d'Esquerchin en asile temporaire. Quelques civils qui avaient enfreint les ordres d'évacuation, en se cachant ou en quittant les convois avant d'embarquer, font une timide réapparition dans leur ville. Le problème pour eux reste celui de la subsistance. Elle est assurée par l'armée Britannique.
 
 
Extrait du journal de propagande "La Gazette Des Ardennes", ou figurent les blessés et morts civils de la semaine:
Eugénie Favier mon arrière grand-mère, blessée, Marie-Louise Favier, ma grand-mère, blessèe à la jambe, mon grand-oncle Augustin Favier, tué et sa fiancée qui ne figure pas dans la liste, morte quelques jours plus tard des suites d'une amputation de la jambe. Ils furent tous victimes de bombardements Britanniques des usines Arbel, lorsqu'ils se trouvaient dans le jardin mitoyen à cueillir les premiers lilas du printemps 1918.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:02

A la mémoire de mon grand-oncle (commis boucher aux abattoirs de Douai) au centre de cette photo:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:03

Bonjour à tous, je rajoute ces photos rentrées récemment prises à Douai (dont la gare) à Pâques 1918, période proche des bombardements de l'aviation Britannique qui ont tué mon grand-oncle et sa fiancée.
 







je vous présente une autre photo prise dans le même studio de photographe Douaisien, le 11 février 1915.
 



Ausweis tamponné par la Kommandatur de Douai.
 



voici un obus peint feldgrau, daté 1917/18, du 17 Bayer. Pionnier K. avec la cerise sur le gâteau : " Douai " (collec. spitze)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:05

une petite plaquette souvenir.(collec. ernestlebourru)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:07

post de Byng Boys

deux photos de prisonniers Français prises à la gare de Douai, après la grande offensive d'Artois du 9 mai 1915. Ces clichés sont tirés d'un album photo Allemand  
 
 
 
 
 

 
 
 



photo d'un supposé garde-voie Allemand ou personnel du Train, prise dans un studio Douaisien.







hoto-carte prise dans un studio de Douai en 1916, posée sur un journal du Berliner Tageblatt annoncant une attaque adverse aérienne infructueuse sur Douai. Les numéros de  pattes d'épaules que j'ai pu distinguer sont 75 (Brême, Hanséatique) et 84 (Schleswig).




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:12

photo d'un avion allemand abattu au dessus d'un quartier de Douai.




Une autre photo représentant des soldats Britanniques après qu'ils aient retiré le drapeau Allemand accroché au dessus de l'entrée de l'hôtel de ville de Douai. Cette scène a été prise la deuxième quinzaine d'octobre 1918.




un souvenir fabriqué par un soldat Anglais lors de son séjour dans la ville.






une photo prise à Dechy (grande agglomération de Douai) en avril 1917. Il y règne un sentiment de sérénité malgré la présence de l'occupant, dont un feldgendarme.












couverture du journal hebdomadaire Français "Excelsior" du 21 octobre 1918, qui relate le retrait du drapeau allemand de l'hôtel de ville de Douai par les alliés. Les clichés de ce journal précèdent  la photo de presse Britannique présentée dans ce post il y a quelques jours.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:12

photo d'une compagnie du 72 IR Telefontrupp prise dans le secteur de Douai en septembre 1915.




accompagné de deux photos de soldats du IR84 stationnant à l'entrée de l'Etappenkommandantur de Douai, un ouvrage Allemand de 1916 qui répertorie toutes les œuvres d'art de la ville de Douai et son agglomération.







photos concernant la vue de nombreux quartiers de Douai bombardée.

Photo prise en 1916.


Photo prise en mai 1917,représentant des prisonniers Britanniques condamnés à retirer les gravats d'une maison démolie par les bombardements de leur aviation.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:14

photo-cartes prises en mai 1915, représentant un centre de tri des blessés à la gare de Douai, qui, en fonction de l'importance de leurs blessures, repartiront pour l'Allemagne.






photo représentant des hommes du IR163 à l'entrainement dans la cour de la caserne Corbineau de Douai, en mars 1916.






la même cour de nos jours, complètement désaffectée.



photos-cartes représentant un infirmier voire un médecin au brassard maculé de sang (la photo reste floue), dans un quartier de Douai bombardé, datée de janvier 1916. La deuxième photo met en scène un groupe de mitrailleurs avec à leurs pieds un panneau indicateur indiquant les directions de Douai ( . 5kms ? ) et Arras (35kms).











une autre photo-carte d'origine Allemande représentant le crash d'un aviateur Britannique dans le secteur de Douai en juin 1917. Pourrait-il s'agir de l'as des as Albert Ball abattu le 7 mai 1917 car je n'ai pas trouvé d'autres évènements côté Anglais en ce qui concerne le secteur de Douai durant cette période :reflechi: .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:16

une photo-carte représentant un groupe de servants anti-aériens. La photo est datée du 12 avril 1918. Il n'est pas surprenant de voir ce dispositif établi sur un édifice de Douai (mais lequel ?) car les raids aériens alliés étaient intensifs au dessus de cette ville.







photo, malheureusement extraite d'un album dépareillé, représentant des artilleurs Allemands et un landsturm qui semble garder l'entrée de la porte d'Arras à Douai en Novembre 1914.





La porte d'Arras à Douai de nos jours.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:17

une nouvelle série de photos prises à Douai et son agglomérartion proche. La première ci dessous, est une autre photo d'un groupe de mitrailleurs anti-aériens, prise sous un angle éloigné (voir quelques posts plus haut l'autre cliché).







Deux photos prises à Sin-Le-Noble en juin 1918.






Une photo prise au quartier le Marais à Douai le 24 février 1918.






Un groupe de la Rotes Kreuz à Douai en 1916.




une photo-carte (recto verso) mortuaire, peu commune de l'Unteroffizier Anton Osterried du Erste Bayern Fuss Artillery, blessé à Petit-Vimy le 22/10/15 mort de ses blessures et enterré à Douai le 11/11/15.  










une série de photos dont la plupart ont été prises dès les premiers mois d'occupation.

Ci-dessous, un laissez-passer attribué à un civil pour circuler librement entre Douai et Sin-Le-Noble et une photo d'un officier Allemand à cheval, prise en octobre 1914.







Une batterie de télégraphistes.






Distribution de pains par l'occupant aux petits douaisiens



"Le grand nettoyage".



Et enfin cette scène un peu surréaliste d'un groupe d'officiers allemands servis par un prisonnier britannique. On peut remarquer le sentiment perceptible d'humiliation sur le visage de celui-ci. Cette photo a été prise à Douai en octobre 1918.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3340
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 1:21

deux autres photos prises dans un cadre pittoresque, en 1915 à Douai au lieu-dit "la maison blanche".





Concernant le lieu-dit "la maison blanche", il existe une peinture de Marie Duhem (1871/1947) exposée au musée de la Chartreuse à Douai.






une nouvelle rentrée concernant une photo de télégraphistes (?) allemands qui viennent d'être décorés de la croix de fer et pausent dans une cour, à Douai. Le cliché est daté de mai 1918.











Byng.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douai : Feldzug 1914   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douai : Feldzug 1914
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tableau d'Honneur 1914-191-19
» Baptême du feu du 16 en 1914
» 1914 - 1919 - DEUXIEME CHAPITRE
» operations vallée Munster 08.1914
» 1817 - 1914 - PREMIER CHAPITRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: