histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Polonais en 1914-1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Les Polonais en 1914-1918   Lun 12 Juin - 0:52

post de Admin

j'ouvre un post sur les Polonais pendant la Grande Guerre.

je suis actuellement en train de lire "Les carnets du cardinal Alfred Baudrillart, 1er août 1914 - 31 décembre 1918", édités chez CERF. Cet homme d'église était en relation avec le monde politique, littéraire et scientifique, à la tête du "Comité catholique de propagande française à l'étranger", aumônier de l’hôpital de Thiers, recteur de l'Institut catholique de Paris. Il a donc rencontré de nombreuses personnalités et a tout mis par écrit au jour le jour. Comme dans tout témoignage il y a des informations à infirmer ou confirmer, à compléter...


Voici quelques extraits intéressant notre sujet qui, je l'espère, amèneront à des compléments d'information :


Notes du 15 août 1914:
Quelle grande et heureuse nouvelle aujourd'hui, la proclamation du tsar aux Polonais, la promesse de reconstituer le royaume de Pologne, avec un lieutenant-gouverneur, et de laisser au peuple sa langue et sa pleine liberté religieuse! Dieu veuille que cette promesse soit tenue! Quelle joie pour un français de pouvoir unir à l'intérêt qui nous lie aux Russes notre fidélité à la Pologne. Et quel bienfait de l'alliance franco-russe! Depuis quinze jours, j'attendais cet acte sans oser l'espérer du sectarisme russe, mais il m'apparaissait comme un acte de sagesse nécessaire. S'il nétait qu'un expédient!



Notes du 16 août 1914:
Je vais chez les Zamoÿski pour m'informer de l'effet produit par la proclamation du tsar et de ce que les amis de la Pologne doivent dire aux journaux et aux hommes politiques.
Je trouve leur maison, cour, escalier remplis de malheureux Polonais venus en France pour travailler et qu'on a voulu expulser comme Allemands ou Autrichiens. Plusieurs ont été maltraités et blessés. A la préfecture de police, on se fie à la parole du comte Zamoÿski et è celle de sa soeur. Mais comment rapatrier ces gens? [...]
Le comte Zamoÿski et sa mère me disent que jamais ils ne se sont trouvés dans une situation plus épouvantable. Eux et les Polonais en général ont été traités admirablement par les Autrichiens depuis 1866 ; ils font tout ce qu'ils veulent. Ils se sont habitués à regarder les Russes comme l'ennemi ; dans ces dernières années, deux régiments de volontaires polonais (sokols) se sont formés pour défendre l'Autriche ; ils ont pris les engagements les plus sacrés et ont d'autre part été comblés. Et maintenant que faire? On ne peut pas d'autre part se fier à la Russie. Elle a toujours trompé. L'édit de tolérance de 1905 n'a pas été observé. La persecution est redevenue violente, dès que la guerre au Japon et la révolution ont été finies. Et puis, dans la déclaration de Nicolas, il y a la réserve la plus inquiétante sur les nationalités que la Pologne devra respecter. Ne sera pas Plonais, mais d'une autre nationalité, qui on voudra. On n'imagine pas les interprétations byzantines dont les Russes sont capables.



Notes du 17 septembre 1914:
J'ai déjeuné chez les Zamoÿski. Ils sont toujours bien perplexes, et le fait est que tout ce qu'ils citent des Russes n'est pas fait pour inspirer confiance. Ni les Russes, ni les Français ne traitent franchement avec les Polonais. Les Russes continuent partout à mettre des fonctionnaires russes et non des polonais. Ils devraient appliquer leurs promesses au fur et à mesure qu'ils avancent. en France, on n'a pas autorisé les Polonais à former une légion à part. A chaque instant on les prend pour des Allemands et on les traite comme tels. Il y en a une quantité dans les camps de concentration et on les traite fort mal, même les prêtres. Mlle Zamoÿska me lit des lettres navrantes et honteuses pour nous, notamment du camp voisin d'Angers. Il y a de quoi rendre ces Polonais enragés contre nous. Mme Zamoÿska craint toujours qu'il n'en soit pour la Pologne comme en 1815 et en 1856. Après s'être servi d'elle et lui avoir fait toutes les promesses, on l'abandonnera...





Notes du 2 novembre 1914 :
Les deux régiments de chasseurs polonais de Galicie sont restés fidèles à l'Autriche. Beaucoup de Polonais les excusent et font remarquer que la Russie a démoralisé à fond par le socialisme et l'anarchie beaucoup de Polonais de Varsovie, tandis qu'à Posen, par exemple, si on persécute, on a cependant affaire à un peuple polonais discipliné et opposé aux utopies et aux chimères. Les Russes n'avancent plus en Galicie.
En Lorraine, les Polonais se sont encore rendus spontanément aux Français, dénonçant même le manque de munitions d'une batterie allemande qu'on craignait. Ils se sont présentés aux cris de "catholiques! Polonais! Amis"..




a suivre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 0:52

post de Drachenhöhle

Voici quelques photos de l'armée Polonaise naissante prises en 1918.

Des aumôniers


Un groupe d' officiers


Prise d'armes à Bayon


Au Puy





Dans les tranchées à St Hilaire (Marne)









   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 0:54

post de UHLIG

Histoire de l'armée polonaise moderne.

La Pologne n'existe plus depuis 1795, à part l'épopée Napoléonienne et quelques insurrections; le pays est divisé entre les empires Allemands, Austro-hongrois et Russes . Lorsque la guerre éclate en 1914, des Polonais sont enrôlés dans les trois armées..... des combats fratricides vont se dérouler.

La Légion Pulawski aussi appelée 1ère Légion, a été crée en août 1914 à l'initiative du Grand-duc Nicolas Nikolaïevitch de Russie ( Nikolaï Nikolaïevitch Romanov), qui souhaitait une réunification de la Pologne sous le sceptre russe mais aussi rallier les polonais des territoires autrichiens et allemands pour combattre aux côtés du Tsar contre les troupes du Kaiser et de l'empereur d'Autriche.

Les volontaires étaient au nombre de 1000 en janvier 1915 (pour 800 fusils), sous équipés. Chaque homme devait fournir son propre équipement; le cavalier devant fournir le cheval.
L'uniforme était celui des armées du Tsar avec au départ une seul distinction au niveau des pattes d'épaule : les lettres 1LP (Legion Pulawski). La Légion Pulawski fut dissoute en octobre 1915, les prisonniers polonais de l'armée austro-hongroise ne voulaient pas s'y engager, refusant le mépris des officiers russes à l'encontre des polonais. Le gros des troupes de la 1LP intégra les brigades de Chasseurs Polonais. En 1916, les deux unités de cavalerie formèrent le 1er régiment de Ulans.
Les Polonais en France en 1914-1918 - l'armée bleue de Haller.

Le déclenchement de la guerre en 1914 a fait naître l'espoir chez un certain nombre de Polonais émigrés en France, d'une renaissance de la Pologne. La Pologne avait été démantelée, dépecée au profit des empires allemand, austro-hongrois et russe. Bien que la France fut une alliée de la Russie tsariste, des centaines d'émigrés polonais, pour la plupart ouvriers mineurs dans le Nord-Pas-de-Calais, commerçants ou intellectuels installés à Paris, ont rallié dès août 1914 le Comité des volontaires polonais créé à Paris et se sont engagés dans la Légion étrangère pour combattre contre les Empires allemand et austro-hongrois. Ils ont reçu une instruction militaire ( un contingent à Bayonne, un autre à Paris à la caserne Reuilly ), ont été équipés et armés, puis ils ont été intégrés dans les 2ème et 3ème Régiments de marche du 1er Régiment étranger. Ils sont montés au front au printemps 1915 et ont été engagés en Champagne et en Picardie, puis en Artois. Mais parce que la France ne voulait pas déplaire à son alliée russe, les démarches entreprises par les patriotes polonais pour obtenir une reconnaissance de la spécificité polonaise n'aboutirent qu'après la chute du tsarisme. C'est par un arrêté présidentiel du 4 juin 1917, qu'une armée polonaise a été officiellement créée en France. En janvier 1918 a été constitué le 1er Régiment de chasseurs polonais, grossi par l'arrivée de volontaires polonais venus des Etats-Unis, et l'enrôlement de 1 500 prisonniers de guerre allemands d'origine polonaise. Le 27 février 1918, le 1er régiment de chasseurs polonais est venu s'installer dans le Camp de Mailly dans l'Aube, où il fut passé en revue par le général FRANCHET D'ESPEREY avant d'être affecté à la 163ème Division d'infanterie, au sein de la IVème Armée commandée par le général Gouraud. Le 22 juin 1918, le président de la République, Raymond Poincaré, a remis leurs drapeaux nationaux aux unités polonaise au Camp de Mailly. Devant l'afflux de nouveaux volontaires, furent créée les 1ère et 2ème Divisions d'infanterie polonaises qui formèrent l'Armée polonaise en France. Placée sous le commandement du général Haller, elle a été engagée en Champagne en septembre 1918, puis dans les Vosges et en Lorraine. Le 11 novembre 1918, le jour-même de l'armistice, l'indépendance de la Pologne fut proclamée, et Józef Klemens Pilsudski , le chef de l'Etat polonais ( Naczelnik Panstwa) , demanda le rapatriement en Pologne de l'Armée polonaise. En 1920-1921, de nombreux officiers français apportèrent leur soutien à l'armée polonaise engagée contre l'Armée rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 12 Juin - 0:54

post de UHLIG

Legiony Polskie

Les légions Polonaises ( Legiony Polskie ) sont le nom des forces armées polonaises créées dans la province de Galicie en août 1914. Grâce aux efforts conjoints du Comité pour l'indépendance de la Pologne et des députés polonais du Parlement autrichien, ces unités devinrent une formation indépendante au sein de l'armée Austro-hongroise. Elles étaient constituées d'anciens scouts, de membres d'associations de tireurs ou chasseurs, aussi bien que de volontaires de tout l'Empire.

Józef Klemens Pilsudski créa ces Légions dès le 22 août 1914, mais le gouvernement Autrichiens ne les rendit officielles que le 27 août.

A l'origine, les Légions Polonaises étaient composées de deux formations : la Légion de l'Ouest et celle de l'Est, toutes deux formées le 27 août .Après la victoire russe dans la Bataille de Galicie, la Légion Polonaise Orientale refusa de combattre contre les russes et fut dissoute le 21 septembre. Le 19 décembre, la Légion Occidentale fut divisée en trois brigades.

1ère brigade des Légions sous le commandement de Jozef Pilsudski , formée mi-décembre .
2ème brigade des Légions sous le commandement de Jozef Haller de Hallenburg , formée entre mi-décembre et mars.
3ème brigade des Légions sous le commandement de Zygmunt Zielinski puis de Boleslaw Roja, formée le 8 mai 1915.

Des bataillons d'artilleries servaient dans les trois brigades.
Le 1er régiment de cavalerie servait dans la 1ère brigade, le 2d régiment dans la 2ème; le 3ème régiment dans la 3ème brigade.
Régiments d'infanterie : 1er, 7ème pour la 1ère brigade - 2d et 3ème pour la 2ème brigade - le 4ème servait à la fois dans la 2de et 3ème brigade - Enfin, les 5ème et 6ème pour la 3ème brigade.

Les Légions prirent part à de nombreuses batailles contre les forces de l'Empire Russe, tant en Galicie que dans les Carpates . Le nombre d'engagés et la composition des unités changèrent rapidement, notamment après la démission de Pilsudski en septembre 1916 . Les Légions Polonaises furent rebaptisée Corps Auxiliaire Polonais ( Polski Korpus Posilkowy ). En juin 1916, l'unité comptait environ 25 000 soldats.

Après l'Acte du 5 novembre 1916 qui proclamait la création d'un Royaume de Pologne fantoche, les Légions furent transférées sous le commandement allemand. Cependant, beaucoup de légionnaires refusèrent de faire allégeance à l'Empereur et furent internés à Benjaminow et Szczypiorno. Près de 3 000 furent enrôlés dans l'armée austro-hongroise ou dans la Polnische Wehrmacht allemande furent envoyés sur le front italien .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Polonais en 1914-1918   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Polonais en 1914-1918
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vestiges 1914 - 1918
» Fanion 30°BCA 1914-1918
» Parcours d'un combattant 1914 - 1918
» Monument de VERMANDOVILLERS 1 BCP 1914- 1918
» [Morin-Rotureau, Evelyne] 1914-1918: Combats de femmes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: