histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les condamnés militaires à Biribi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Les condamnés militaires à Biribi   Ven 9 Juin - 17:41



post de dupuydumazeldan


A la veille de 1914,chaque circonscription de corps d armee-on en compte 21-compte son conseil de guerre et sa prison militaire.Les prisons de CA reçoivent les condamnes a un an de detention maximum(delit militaire)ou de prison(delit de droit commun).Si la nourriture est correcte(150 g de viande par jour etc...)le regime y est tres ferme:cellule et éventuellement les fers sur autorisation du general de CA.Les corvées,la fabrication des brodequins et des brosses occupent la journee.A leur liberation,les condamnes réintègrent leurs corps d origine,moyennant un changement d unite,sauf pour les condamnes de droit commun qui doivent rejoindre les BILA(Algerie pour les1er ,2eme et 3eme BILA historiques;Tunisie pour les 4emeet 5eme BILA crees en 1889 avec l arrivee des jeunes conscrits).Ce système suffit a tenir 95% de l armee.
Depuis 1830,on a transfere en Algerie les pénitenciers militaires,les ateliers du boulet et des travaux publics crees sous la Convention en 1793.Les Compagnies de Discipline ont fait le meme voyage mais disparaissent progressivement car l opinion publique n accepte pas un regime d exception pour des non condamnes.Les pionniers de discipline ont disparu en 1890 et les fusiliers de discipline sont dissous en 1910.Mais les pénitenciers demeurent pour les "gris", c est a dire les condamnes de droit commun,et les ateliers de travaux publics pour les "marrons",c est a dire les condamnes de droit militaire.On ne compte plus en France que deux pénitenciers,Bicetre et Albertville,apres la fermeture de St Germain en Laye,Lyon et Avignon.En Algerie,les etablissements de BIRIBI ont mauvaise reputation a cause de la durete du climat et de l encadrement.
Algerie: Ain Beida,Ain el Hadjar,Bone,Daya,Douera et Koleah se partagent 2500"gris" destines aux BILA.Les ateliers de travaux publics de Bone,Bougie,Mers el Kebir et Orleansville utilisent un nombre equivalent de"marrons".
Tunisie:etablissement mixte de Téboursouk.
Maroc:etablissement mixte de Dar Bel Hamrit.
Mais en temps de guerre,l obligation d alimenter les BILA ,qui sont utilises a outrance,entraine la fusion des deux types de condamnes,verses assez rapidement dans les compagnies de combat.En 1914,le soldat est prêt a affronter la mort,mais redoute terriblement BIRIBI.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 3346
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Ven 9 Juin - 17:42

post de dupuydumazeldan

la fin de BIRIBI et le transfert des condamnes de la Grande Guerre

Apres le 11 novembre 1918,de plus en plus de voix s elevent contre les ateliers de travaux publics et les pénitenciers militaires.Les BILA,portes de sortie des condamnes, sont également remis en cause et dissous les uns apres les autres.Albert Londres,dont l ouvrage"Dante n avait rien vu"a un gros succes,sait qu a l instar de Darien qui avec"BIRIBI"avait enterre les pionniers de discipline,il va pouvoir ebranler l opinion publique dans le sens de la liberation des condamnes de la Grande Guerre et des soldats qui les ont suivis.Dans la foulee du decret qui supprime les conseils de guerre,le decret du 31 decembre 1926 ordonne la fermeture de tous les pénitenciers et ateliers de l armee,y compris celui d Albertville.Seules les prisons militaires de Paris et de Marseille continuent a fonctionner.Alors que le Ministere de la Guerre explique qu il doit gerer en cas de mobilisation
plus de 6700 exclus,on lui confirme la dissolution des BILA,a l exception du 3eme qui sert au Maroc jusqu en 1934, et du 1er dont le depot de Tataouine va fonctionner jusquen 1940.Les détenus sont transferes vers la maison centrale de Clairvaux(Aube)ou ils troquent leurs casaques contre le droguet et les sabots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
Les condamnés militaires à Biribi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deux Norvégiens condamnés à mort en RDC
» Ouvriers Militaires d'Administration - 1854-1858 (4)
» Condamné pour des propos tenus sur un forum
» "Infirmiers Militaires"
» Bureau Central des Archives Administratives Militaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: Histoire générale, histoire locale-
Sauter vers: