histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la gamelle individuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: la gamelle individuelle   Mar 2 Fév - 14:11

La Gamelle modèle 1852


(photo Kazh Du)

La gamelle permet au poilu de se nourrir, faire la cuisine ou transporter ses aliments. Cet ustensile accompagne le poilu partout ou il va, au front ou au repos.

En 1852 est adoptée une gamelle de forme ronde confectionnée en fer étamé, munie d'un couvercle relié par une chaînette s'accrochant à un des deux passants qui permettent de maintenir la gamelle sur le haut du havresac serrée par une courroie (fixée un peu en arrière pour permettre le tir couché). On peut rencontrer des passants rivetés sur le bas de gamelle, mais aussi soudés.
Cette gamelle modèle 1852 est le modèle de la guerre 14, elle fait partie de la silhouette du poilu...et c'est avec celle-ci que part le piou-piou de 1914.

On s'aperçut très vite que la gamelle , en fer étamée, reflétait les rayons du soleil et l'ennemi repérait de loin les fantassins. C'est pourquoi on peut retrouver des gamelles peintes déclinées en de multiples coloris passant du noir au bleu-marine, du gris au bleu-ciel, moutarde aussi...

On rencontre aussi de nombreuses variantes, diverses formes d'emboutissage


Voici un extrait d'un cahier des charges paru au JMO et datant de 1896, concernant les vérification de ces gamelles. Les anses sont bien décrites comme étant fixées par rivetage :



Je dispose d'archives relativement étoffées concernant ces gamelles, leur description et les vérifications auxquelles elles donnent lieu.
Leur fabrication, à cette époque, se fait par emboutissage. Cependant, à propos d'un autre type de gamelle règlementaire en fer battu étamé, le choix entre emboutissage et agrafage est laissé aux fabricants, et ce, bien avant le début du conflit.



gamelle m1852 de la marque "Japy" (collec. York)









voici une gamelle m1852 attribuée au 2e Zouaves (collec. coutach)







gamelle avec son plat interne (apparu en 1916) gravée du nom du propriétaire "Gaston" (collec. Zouave9)



une gamelle peinte en marron (collec. Zouave9)



photo du 402e RI (collec. Admin)
on peut observer 4 gamelles peintes en noir




variante de fabrication : sur celle il faut noter l’arrête sur le coté de la gamelle et le crochet du couvercle qui n'est pas soudé mais qui traverse le couvercle...




variante de fabrication fabrication en tôle pliée, soudée et rivetée, le couvercle est fait en 2 parties, les anses sont également en tôle pliée...(collec. killer2lamor)







une gamelle en aluminium (collec. bothrops atrox), avec son plat intermédiaire dépourvu de la petite mortaise permettant l'utilisation de la poignée amovible.








post de bothrops atrox

une gamelle 1852 "agrafée/soudée".



Je suis, depuis bien longtemps, tout ce qui peut se dire, sur ce forum ou ailleurs, à propos de ce type de gamelles, moins fréquemment rencontrées que le modèle "standard", "général" disent les textes à partir du 18 juin 1918.
Je pense avoir découvert, en relisant un article d'Eric Dagnicourt paru dans le numéro 298 de "Militaria magazine" du mois de mai 2010, concernant l'équipement du gendarme en 1914, la période, approximative, de production de ce type de gamelles.
La page 66 de ce magazine comporte la photographie de 2 gamelles 1852, l'une emboutie et l'autre agrafée, ce qui serait bien banal si la gamelle "agrafée/soudée" n'était pas une gamelle de cavalerie dont le diamètre est de 163 mm pour l'exemplaire présenté.
Or, les gamelles de cavalerie cessent d'être règlementaires à compter du mois de juin 1914 comme l'atteste ce document rectificatif daté du 18 juin 1914 :

Sont fléchés en rouge les passages évoquant le remplacement de la gamelle de cavalerie par la gamelle d'infanterie.








Ceci signifie donc que la gamelle "agrafée" de cavalerie présentée par E. Dagnicourt ne peut être qu'antérieure au 18 juin 1918 et que l’appellation d'"ersatz" (beurk!) est injustifiée, voire totalement erronée !
Les techniques d'emboutissage commencent à voir le jour, d'après ce que j'ai pu lire, dans les premières décennies du 19ème siècle.
A cette époque, il semble que l'assemblement par agrafage de ce type d'ustensile soit la règle (j'ai, récemment, déniché un traité de ferblanterie, dont je vous posterai le lien, qui confirme ceci). Il est donc tout à fait plausible que ces gamelles nous viennent tout droit du second empire.
Les documents officiels de la fin du 19ème siècle ne font plus état que des techniques d'emboutissage (sauf un document, assez tardif, 1896, si je me souviens bien, laissant le choix au fabricant entre emboutir ou agrafer pour la réalisation d'ustensiles de campement).
A cette époque, les anses sont encore rivetées.

Je ferai des photographies plus nombreuses de mon exemplaire de gamelle "agrafée", notamment du mode d'assemblage de l'anneau du couvercle et de la chainette dont le maillage me parait propre à une certaine période.


PS : Voici un document daté de 1856 décrivant la fabrication (encore débutante) des ustensiles en fer battu étamé :

3 étapes : emboutissage des différentes pièces constitutives, étamage à chaud, assemblage et agrafage :






Voici quelques photographies de l'exemplaire de gamelle agrafée que je possède :















En dehors du mode d'assemblage par agrafage du corps et du fond, on relève plusieurs particularités :
- la chape de l'anneau du couvercle traverse ce dernier et ses deux "ailerons" se replient à l'intérieur, à la manière de ce que l'on observe sur le nécessaire individuel de campement de 1887,
- les anses sont rivetées,
- la chainette, différente de celles rencontrées sur les modèles de la fin du 19ème siècle et de la période de guerre, se retrouve, me semble-t-il, sur le nécessaire individuel "Bouthéon",




variante de fabrication : elle a la particularité de ne pas être 'tronconique', et d'avoir une 'rayure' (bord) en bas... scratch  Aucun marquage, étamé à l'intérieur, (restes de) peinture gris(vert) foncé à l'extérieur...(collec. eparges)









autre variante (collec. Cesabc)


A gauche, une gamelle "normale", diamètre (comme on l'a déjà vu plus haut) 15,5 cm; à droite, gamelle plus petite, diamètre 12,5 cm, dont la contenance est exactement la moitié de la grande.
Notez la fabrication identique : passants rivetés, forme de la chaîne ...
Quel peut être l'usage de cette gamelle? Enfants de troupe? Bataillons scolaires?


Dernière édition par Admin le Mar 2 Fév - 15:54, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Mar 2 Fév - 14:11

Le plat de la gamelle


voici l'"acte de naissance" de ce plat, le 10 mars 1916. Il ne prévoit qu'une taille unique, adaptée à la gamelle "du modèle général" :




Le modèle du 10 mars 1916 :











J'ai mis en ligne quelques images de cette gamelle afin d'apprécier les différences existantes par rapport au modèle agrafé, en dehors du mode de construction.
La chainette, particulière aux modèles de la fin du 19ème et du début du 20ème, le mode de fixation de la chape de l'anneau du couvercle et la fixation des anses, lesquels sont directement soudés...


Certains plats n'ont pas de fente pour le manche, certainement car il a dû s'écouler quelques mois entre l'introduction du plat et celui du manche

Un plat sans fente (collec. epages), en métal embouti, avec matricule, 2390 - 15, et fabricant 'LE FANG Fils - Paris - 108 R.VIEILLE du TEMPU'



Une photo de soldats du 298e RI (collec. Admin)
On peut y observer un panel de gamelles et de plats




Dernière édition par Admin le Mar 2 Fév - 15:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Mar 2 Fév - 14:13

La Gamelle de Cavalerie

post de bothrops atrox

Voici, extraits du cahier des charges de 1896, 2 tableaux comparatifs des dimensions des gamelles individuelles d'infanterie et de cavalerie :




je me suis replongé dans l'ouvrage de Jacques Sicard et François Vauvillier consacré aux chasseurs d'Afrique et ai découvert que la différenciation entre les gamelles de cavalerie et celles d'infanterie a pris fin en 1914 au bénéfice de ces dernières.
François Vauvillier avance même la date du 18 juin 1914, page 22 de son ouvrage, en ces termes : "A la même date, la gamelle individuelle spécifique des troupes à cheval est remplacée par la gamelle individuelle de l'infanterie."
Il semble donc logique qu'il n'ait pas été décrit, en 1916, de plat intermédiaire adapté aux gamelles de cavalerie.
Ceci ne veut, bien sur, pas dire qu'on a cessé d'utiliser les gamelles de cavalerie existantes à cette date.


Je pense avoir, enfin, mis la main sur une de ces mystérieuses gamelles de cavalerie. Elle était, d'ailleurs, proposée comme telle par un vendeur du net qui connaissait apparemment bien les caractéristiques dimensionnelles de cet ustensile.
"In vivo", la différence apparait nettement. Le test de préhension préconisé par le membre "cavalier" est, effectivement, significatif.
Cela mis à part, elle est identique aux modèles d'infanterie.
Sur l'exemplaire que j'ai acquis, les anses sont rivetées.

J'ai réalisé très rapidement, à réception, quelques photographies, avec, pour comparaison, la première gamelle qui se présentait. Elle est pourvue de son plat introduit en 1916, ce qui fausse un peu la comparaison des hauteurs de l'une et de l'autre gamelle. Rappelons que ce plat n'a jamais été fabriqué pour les gamelles surdimensionnées de la cavalerie, déjà supprimées lors de son adoption.

Voici quelques clichés rapidement réalisés, en attendant une présentation "plus soignée". La différence est moins perceptible sur les photographies que la gamelle en mains...
La gamelle de cavalerie est à droite :








quelques données chiffrées, concernant cette gamelle, qui confirment qu'il s'agit bien de la gamelle individuelle de cavalerie (en comparant avec les textes postés plus haut) :



la gamelle d'infanterie, à titre de comparaison :



à nouveau, la gamelle de cavalerie :










Dernière image et derniers chiffres :



Cette gamelle de cavalerie pèse 600 grammes (l'étamage est assez important) et contient un peu plus de 1600 millilitres.
Pour comparaison, une gamelle, sans plat, prise, au hasard parmi celles que je possède, pèse 428 grammes et une autre, avec plat, 534 grammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Mar 2 Fév - 14:51

Les gamelles de circonstance

En 1914-15 nombre de soldats sont équipés à la hâte de gamelles dites "ersatz" il s'agit de gamelles de modèles qui n'étaient normalement plus en service en 1914 ou des modèles d'essai n'ayant pas été validés. Effectivement dès 1903 le ministère de la guerre se penche sur l’allègement de l'équipement du fantassin et l'effet camouflant des uniformes, ainsi seront confectionnées des gamelles en aluminium aux formes spécifiques (l'alu étant moins lourd que le fer).
En 1904 le 104eme régiment de ligne fait l'essai d'une marmite individuelle en aluminium.
En 1906 les 102eme et 103eme de ligne continuent les essais d'ustenciles en alu.
Les 26eme et 131eme continuent l'expérimentation durant les manoeuvres de 1907, et que les 4eme, 82eme, 113 et 131 en 1908.
En 1911 on abandonne le programme d’allègement...
Néanmoins comme dit précédemment on retrouvent parfois ces gamelles en alu au début du conflit.




gamelle d'essai en aluminium peint en noir (collec. coste)



autre exemplaire (collec. Lestat)



gamelles d'essais trouvées sur positions francaises de 1914-15 (collec. lebel02)
mais le sol de l'artois épargne pas l'alu
seul marquage sur l'une un C sur l'autre un rond avec un C dedans


gamelle d'essai (collec. Stabs) en aluminium de la maison JJ Carnaud avec ses poincons de contrôle et ce qui semble être deux noms de soldats gravés plus un matricule, mais pas d'indication de régiment :
(?)erot
DavidA 5979







photo avant 1914 montrant cette gamelle en alu (collec. Admin)



photo prise en 1910 du 131e RI, avec gamelles et bidons d'essai en alu (collec. Admin)




carte postale (collec. Admin)



modèle de gamelle utilisée en début de guerre (collec. Simon)
Il s'agit du "bouthéon" individuel modèle 1887


photos tirées du livre de Moreau Nous étions des Hommes




un lien vers ce bouthéon individuel http://histoiremilitaria2.discutforum.com/t2331-gamelle-collective-et-boutheon


autre exemplaire (collec. zouave9)



carte postale avant-guerre sur les essais de la tenue Réséda, le soldat port le bouthéon 1887 (collec. Admin)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la gamelle individuelle   Aujourd'hui à 10:00

Revenir en haut Aller en bas
 
la gamelle individuelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gamelle d'origine ou réso FG ?
» Fixation rallonge 86674 sur gamelle?
» fixation de la gamelle d'origine du SC
» Routiers modernes à la gamelle
» Vitrine individuelle [tuto]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: le militaria :: le militaria français :: coiffes, uniformes, équipements individuels et collectifs :: les équipements-
Sauter vers: