histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les femmes russes dans la Grande Guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Les femmes russes dans la Grande Guerre   Ven 11 Oct - 2:08

dossier réalisé par le membre Rougeau


Les femmes Russes ont activement participé au conflit a tous les niveaux de l'armée et parfois même les armes a la main. je commencerais donc par les non combattantes.

les Infirmières " Sœurs de la miséricorde"



La Première Guerre mondiale a nécessité la participation de millions de personnes, dont beaucoup de femmes. Bien que les femmes étaient engagés dans une variété d'activités pendant le conflit, la forme la plus populaire du service féminin a sans doute été l'infirmière. Sans la participation de ces «sœurs de la miséricorde», comme les infirmières russes ont été appelés, la nation aurait été incapable de poursuivre la guerre.les services médicaux militaires ayant besoin d'une aide importante des organisations civiles pour traiter un nombre considérable de soldats blessés et malades pendant les hostilités. Les infirmières ont également fourni des soins d'une importance vitale pour la population civile de la Russie, alors que la guerre a précipité une crise de santé publique en Russie.

Avant le début de la guerre, le nombre de sœurs de la miséricorde dans les communautés (obshchiny) de la Croix-Rouge russe était inférieure à 4000, en dépit du fait que l'organisation avait déterminé que même en temps de paix, la prestation de services médicaux à la population russe nécessitait 10.000 infirmières. Malgré une vague initiale de bénévoles pour les soins infirmiers en temps de guerre, de graves pénuries de personnel qualifié existaient. En conséquence, la Croix-Rouge russe a entrepris des efforts immédiats pour augmenter le nombre d'infirmières formées. L'Union panrusse des zemstvos et l'Union panrusse des Villes ont même recruté et formé infirmières pour le service de guerre sous l'égide de la Croix-Rouge.

L'enrôlement a été généralement limitée aux femmes alphabétisées qui possédaient au moins une éducation secondaire.Pour répondre à la demande accrue, en septembre 1914, la Croix-Rouge raccourci les cours de formation d'une année ordinaire à deux mois pour préparer les femmes à des services médicaux en temps de guerre. À la fin de cette année, la Croix-Rouge avait créé 150 écoles avec 10.000 étudiants présents. Seuls ceux qui avaient été formés dans ces écoles ont reçu la désignation officielle de sœurs de la Miséricorde de la Croix-Rouge.

Les femmes peuvent également être acceptées dans le service médical comme des sœurs «volontaires» sans avoir achevé une formation officielle. En conséquence, un certain nombre de ces femmes avaient juste une introduction rapide à la formation médicale: anatomie et le pansement des plaies. Une grande partie de leur véritable apprentissage a eu lieu sur le tas.

Même en comptant les milliers de femmes qui ont demandé à devenir des infirmières, il y avait une pénurie chronique de personnel qualifié, en particulier pendant les périodes de combats actifs. Ce fut une conséquence du temps qu'il a fallu, non seulement a former les femmes, mais aussi a les transporter de l'intérieur vers les établissements médicaux de soutien de l'armée à l'avant. Dans de nombreux cas, les infirmières arrivaient aux hôpitaux de campagne et autres unités sanitaires seulement après que les besoins les plus critiques étaient passés. Pour pallier ce problème, la Croix-Rouge a établi des réserves spéciales d'infirmières qui étaient prêtes à être envoyées au front en cas de besoin. Malgré ces mesures, les pénuries de personnel ont persisté. La Croix-Rouge a fini par réduire la formation a seulement six semaines pour tenter de répondre à la demande pour les infirmières qualifiées.

En 1916, le nombre de femmes siégeant en tant que sœurs de la miséricorde dans la société russe de la Croix-Rouge était d'environ 25,000.

Les infirmières proviennent d'une variété de milieux sociaux, allant des paysans et des femmes de la classe ouvrière aux nobles et même de la royauté. Les sœurs les plus célèbres de la miséricorde étaient l'impératrice Alexandra et ses filles aînées. Les femmes de la famille impériale servaient d'exemples et avaient pour but d'inspirer l'engagement dans la Croix-Rouge. Beaucoup plus de femmes de la noblesse inférieure et classes moyennes se sont portées volontaires pour le service médical en temps de guerre. Les épouses et les filles de professionnels et commerçants, ainsi que les femmes qui ont eu des carrières qui leur sont propres, notamment des médecins, des universitaires, des enseignants, des membres de l'intelligentsia sont entrées dans les rangs des diverses organisations civiles dédiées à soigner les blessés.


Les filles du Tzar



Les motivations des femmes pour joindre les services médicaux en temps de guerre ont été aussi variées que leurs origines. Le caractère volontaire de soins infirmiers à travers la Croix-Rouge et les organisations civiles subordonnés signifiaient que, pour la plupart, une certaine forme de patriotisme était la principale motivation pour le service. Les femmes qui ont rejoint les services ont estimé que le service médical était la meilleure façon pour elles de le faire, car il était conforme à ce qu'elles percevaient comme rôles et caractéristiques des femmes russes.

Le statut social semble avoir été le facteur le plus important pour déterminer le lieu et le type de service.

Groupe sanitaire d'un hôpital



Dans le cadre des unités de première ligne, un certain nombre d'infirmières ont connu des conditions très dangereuses, à occuper des postes dans les tranchées, et même s'aventurer sur les champs de bataille pour récupérer les soldats blessés. Les expériences des infirmières russes étaient souvent profondément différentes de celle de leurs homologues occidentaux. Contrairement à la guerre de tranchées souvent stagnante du front occidental, le combat sur le front de l'Est était extrêmement mobile. Le personnel médical russe devait se déplacer avec les troupes.

Groupe Sanitaire de première ligne avec une infirmière en arrière plan



Contrairement aux infirmières d'Europe occidentale, les soeurs russes de miséricorde ont souvent servi très près des combats et ont été soumises à des conditions très similaires à celles des combattants. Officiellement, le personnel médical féminin était censé rester a trois ou quatre miles du combat réel, comme dans les pays occidentaux. Ces règles de procédure ont été totalement irréalistes, compte tenu de la rapidité avec laquelle les lignes de front ce sont déplacées et le grand besoin de personnel médical. Les lignes de bataille sur le front de l'Est bougeant si souvent que la distinction entre «avant» et «arrière» est devenue pratiquement impossible. Bien que certaines femmes russes étaient stationnées dans les hôpitaux permanents ou autres établissements médicaux fixes loin derrière les lignes, d'autres faisaient partie d'unités mobiles qui opéraient aux côtés des armées sur le front. Les croix rouges que ces femmes portaient sur leurs uniformes ne les protègent pas de devenir des victimes de la guerre.Elles ont connu un froid extrême, une fatigue constante, des infections de vermine, les maladies contagieuses, les effets des attaques au gaz, les tirs d'artillerie meurtriers, et des bombardements aériens.les infirmières russes ne ce contentant pas de se tenir au chevet des blessés comme une source passive de confort et de réconfort aux combattants masculins. elles ont souvent agit de manière dynamique, énergique, et parfois même agressive.elles ont assumé des postes de responsabilité à certains moments, même sur le personnel masculin.

Moment de détente au bord de la Baltique.





Au tout début de la première guerre mondiale, à l'automne 1914, l'infirmière Henriette Sorokina, faite prisonnière par les Allemands "réussie à cacher sur sa personne" et à sauver le drapeau du 6e régiment d'infanterie Libava. Cet acte lui valut en novembre 1914 la médaille de Saint-Georges de 4e classe. Le commandement jugeant l'acte des plus héroïque, décida de lui attribuer également les trois premières classes de l'ordre. Ses médailles de 1re et 2e classe portent comme numéro d'attribution, le n°1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Ven 11 Oct - 2:12

Les femmes sous l'uniforme





Dés le début de la guerre des femmes russes ont voulu servir au front les armes a la main, mais l'opposition masculine a été très forte, certaines y sont quand même parvenues en obtenant des dérogations des mains du Tsar Nicolas II, une des plus connu étant Maria Leontievna Bochkareva elle rejoint le 25e bataillon de réserve de Tomsk , elle est blessée deux fois et décorée trois fois pour bravoure. C'est aussi elle qui créa le premier bataillon de femmes "Bataillon de la mort" en Mai 1917 a Petrograd.
 
                                              

La situation désastreuse et l'abdiquation du tsar va permettre la création par le gouvernement  Kerensky de bataillon de femmes, si le plus connu de tous est celui de Maria Bochkareva, on trouve également la formation de groupes de femmes dans d'autres villes (Kiev, Minsk, Poltava, Kharkov, Simbirsk, Vyatka, Smolensk, Irkutsk, Bakou, Odessa, Mariopol)



Officiellement en Octobre 1917 avant le déclenchement de la révolution bolchévique nous avons: le 1er Bataillon "femmes de la mort " de Petrograd , le 2e bataillon de Moscou, le 3éme bataillon d'attaque de femmes du Kuban (infanterie), l'équipage féminin Maritime (Oranienbaum) le 1er Bataillon de Cavalerie de l'Union Militaire de Petrograd,escouade de garde séparée de Minsk.
Lors de l'attaque du Palais d'hiver par les bolchéviques un détachement féminin fait partie de la garnison,elles seront les plus acharnées a la défense.



1er bataillon de la mort,

Formé à Petrograd, commandé par Maria Botchkareva dite Yashka, comprend 2000 femmes à sa création en mai 1917, mais il perdra pas moins de 1700 volontaires ne supportant pas la dure discipline du bataillon ou favorables aux idées révolutionnaire naissantes . En juin 1917, le bataillon ne représente plus que 300 femmes. le bataillon sera à Molodechno (1er CA sibérien, 10e armée), puis Redki, enfin Beloye où il stationne. Affecté à la 172e DI puis à Senki dans le 525e RI : 1er combat à Senki le 8 juillet 1917 (aux environs de Smorgon et Knevo)ce premier engagement se solde par de lourdes pertes : 100 mortes et blessées. Le bataillon s'est comporté admirablement au combat et le le colonel V. Zakrzewski en fait les éloges dans son rapport.




Drapeau du bataillon



Patte d'épaule



Photos diverses du bataillon a Petrograd



























Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Ven 11 Oct - 2:13

1er bataillon en campagne













Femmes décorées





Bataillon de Moscou en tenue d'hiver





Bataillon de femmes Marins commandé par Eudoxie Skovotzova,depot naval de la Baltique







Conformement au décision du gouvernement provisoire les cocardes Impériale sont retirées des bonnets



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les femmes russes dans la Grande Guerre   Aujourd'hui à 15:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes russes dans la Grande Guerre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Portugal à la Grande Guerre
» les bretons dans la grande guerre 14-18
» Musée de la grande guerre Meaux
» uniformes italiens de la grande guerre
» Nouvelle médaille la grande guerre pour la civilisation 14/18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire générale-
Sauter vers: