histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La conscription dans l'Armée Allemande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: La conscription dans l'Armée Allemande   Jeu 20 Sep - 13:12

dossier de Scipion590

Voici un petit article sans prétention sur la conscription dans l'armée allemande qui permettra, je l'espère, à vous aider à mieux comprendre le modèle de conscription mis en place par l'Allemagne de 1860 à la date d'entrée en guerre.


La conscription dans l'armée impériale :

La conscription obligatoire pour tous les sujets du royaume a été instaurée en Allemagne dès 1860. C'est d'ailleurs le premier pays européen à l'imposer.
Fruit d'un processus complexe au multiples facettes, la procédure qui conduit le jeune allemand à la porte des casernes mérite d'être sérieusement étudiée. Elle permettra de comprendre plus facilement les us et coutumes en pratique dans cette armée, mais aussi d'en comprendre certains rouages. Afin que cette étude ne soit pas trop rébarbative à lire, et dans le but de garder une certaine clarté à ces propos je n'aborderai pas certains aspects de la conscription immédiatement (recrutement sous-officiers, kapitulanen, officiers.....). Ils feront l'objet d'un article ultérieur si ce thème vous intéresse.

Bref petit rappel historique :
En 1860, le soldat prussien est à l'issu de son service actif, reversé dans la réserve pour une durée de 2 ans et incorpore ensuite le 1er ban de Landwehr jusqu'à ses 32 ans. Entre 32 et 39 ans, il rejoint le 2ème ban de Landwehr. Puis entre 39 et 42 ans, la landsturm. Il est ensuite libéré de ses obligations militaire.

A partir du 10 février 1860 l'armée Allemande est réorganisée par le ministre de la guerre Von Roon, afin de porter le contingent annuel de recrues de 40.000 à 63.000 hommes. Les effectifs de l'armée passent de 150.000 à 200.000 hommes. Le soldat après sa 3ème année de service militaire accomplie est versé dans la réserve pour 4 ans et demi. Puis il passe dans la landwehr pour une période de 5 ans. Il n'existe plus de 1er ou de 2ème ban de landwehr.
A ses 32 ans et demi, il rejoint la landsturm jusqu'au 31 mars de l'année où il achève sa 42ème année. On différencie la landsturm instruite (possédant une certaine instruction militaire) dont on peut avoir un besoin urgent et pouvant être appelée sans délai, à celle non-instruite qui constitue une vaste réserve d'homme de qualité physique médiocre et sans expérience.

La loi du 11 février 1888, rétabli le 2ème ban de landwehr avec un effet rétroactif pour les hommes nés depuis 1850. En même temps, l'age de libération des obligations militaires passe de 42 à 45 ans.

En 1893, la durée du service national est de 3 ans. Il est cependant de coutume que les conscrits n'effectuent que deux années effectives sous les drapeaux. Les heureux bénéficiaires de cette mesure appelée « congé du roi » font faire de grosses économies à l'état qui utilise ces fonds pour incorporer et former le surplus d'hommes de 20 ans procuré par l'explosion démographique que subie le Pays. Cette loi de 1893 impose le service actif à deux ans (sauf pour la cavalerie et l'artillerie à cheval qui restent à 3 ans). Sa mise en application provoque un afflux de 60.000 hommes sous les drapeaux portant ainsi les effectifs de conscrits à 160.000 hommes.

Autorités du recrutement annuel :
L'empereur fixe annuellement le contingent de recrues à incorporer pour combler le départ des classes les plus anciennes de landsturm et préserver ainsi la capacité militaire du pays.
Le recrutement est assuré par les autorités suivantes :

- Une instance ministérielle (ministère de la guerre et de l'intérieur) subordonnée directement au cabinet de l'empereur et ayant autorité sur les différentes régions des corps d'armée.
Cette instance impose les effectifs de recrues à lever.
- Les commandants de corps d'armée associés à la plus haute autorité civile, qui répartissent sur les différents districts de landwehr de leur juridiction, les effectifs à fournir en jeunes hommes de vingts ans recensés (proportionnellement à la population).
- Le commandant du district de Landwehr (correspondant au chef du bureau de recrutement en France) associé à une autorité civile forme la commission supérieure de recrutement. Ils imposent les effectifs à fournir à chaque district de levée sous leur autorité (toujours proportionnellement à la population de ces districts). Le commandement de ces districts de landwehr est assuré par des généraux commandants de brigade d'infanterie locales (plus rarement sous commandement de généraux de cavalerie ou d'artillerie).
- Enfin une commission locale de recrutement est mise en place au niveau district de levée. Commandée par l'officier supérieur commandant ce district et associé à une autorité civile (de niveau sous-préfet), elle est assistée de fonctionnaires et d'officiers de renforts (médecins entre autres). Cette commission est chargée conjointement avec la commission supérieure de recrutement de statuer sur la situation des jeunes gens soumis aux obligations militaires.

Travail préparatoire au recrutement :
Tout jeune homme de 17 ans s'inscrit en attendant sa 20ème année sur les listes du 1er ban de Landsturm. Cette opération est assimilée à un recensement.
Parallèlement, des listes « de bases de recrutement » sont tenues à jour dans chaque commune annuellement par les autorités locales, sous contrôle des commissions de recrutement. Ces listes recensent tous les jeunes gens entrant dans leur 20ème année nés ou domiciliés sur la circonscription. Les jeunes gens sont tenus sous peine d'amende ou de prison de s'y faire inscrire entre le 15 janvier et le 1er février de l'année de leur 20 ans.
Une liste du district de levée est alors établie, et les jeunes gens convoqués pour l'inspection par la commission de recrutement renforcée qui se déplace sur les districts de levée.

Après une visite médicale, la commission statue en dernier ressort sur les demandes d'ajournement non arrêtées par la commission supérieure de recrutement ou la commission simplifiée. Les jeunes gens sont alors invités à un tirage au sort qui déterminera leur ordre d'appel sous les drapeaux au niveau du district de levée. A savoir :
1 - ceux qui demandent a ne pas bénéficier des avantages du tirage au sort et demande à être incorporés tout de suite
2 – les incorporés d'office, c'est à dire les insoumis ne s'étant pas présentés dans les temps et qui ne bénéficieront pas du tirage au sort
3 – ceux à reprendre. Ajournés que leurs numéros de tirage au sort aurait appelés à être incorporés avec leur classe et dont les motifs d'ajournement ont cessé d'exister.
4 – les jeunes gens de l'année courante
5- les jeunes gens en excédent des années précédentes.

Une nouvelle liste est alors établie sur laquelle statuera définitivement la commission supérieure du recrutement. Cette liste se présente sous la forme suivante :
A – Exclus
B- Réformés pour infirmités morales ou physiques.
C- Proposés pour la Landsturm 1er Ban en raison de leur constitution physique ou de leur situation sociale
D- Proposés pour l'ersatz-réserve en raison de leur constitution physique ou de leur situation sociale
E- Proposés pour le service actif
F- Jeunes gens destinés à la Marine.

Conseil de Révision et constitution du contingent :


Cette dernière opération est réalisée par la commission supérieure renforcée dans une tournée établie. Elle suit les mêmes principes que celle de la commission de recrutement mais le travail d'élimination déjà effectué par cette dernière en a considérablement simplifié la tâche.
Seul les jeunes gens dans les catégories B,C,D,E et F sont tenus de s'y présenter. A cette occasion des dernières vérifications administratives sont réalisées par l'administration civile. L'autorité militaire est chargée de se prononcer sur l'état physique du candidat (par le biais d'une visite médicale) et de fixer les affectations (et par voie de conséquence de déterminer le temps d'appel sous les drapeaux). La situation des jeunes gens est alors définitivement arrêtée.
Exclus du service
Réformés
Affectés au 1er Ban de Landsturm
Affectés à l'ersatz-réserve
Bon pour le service actif.

Les jeunes recrues seront incorporées par la suite suivant leur numéro d'ordre de tirage au sort.


Landwehr, Landsturm,1er, 2ème ban Kesako.....

La conscription:

Nous avons vu qu'une fois leur 17ème année révolue, les jeunes hommes s'inscrivent sur les registres de la Landsturm du 1er ban. Dans l'année où nos conscrits atteignent leurs 20 ans, ils se font inscrire sur les listes du recrutement en attendant le jour de leur conseil de révision. Ces conseils de révision examine annuellement entre 550 et 560.000 hommes jeunes hommes de 20 ans, mais également les ajournés des deux classes antérieures.


A l'issu de cette visite, trois cas de figure :
- soit ils sont déclarés « inapte » au service actif et sont maintenu dans la landsturm du 1er ban jusqu'au 1er avril de leur 39ème année. Ils seront ensuite versés dans la landsturm du 2ème ban jusqu'à leurs 45 ans.
- soit les jeune homme intègrent l'armée d'active au 1er octobre de l'année pour deux ans (toujours 3 pour la cavalerie et l'artillerie), puis la réserve pour 5 ans 1/4 ( jusqu'au 1er avril de l'année de leurs 22 ans), la landwehr du 1er ban pour 5ans (au 1er avril de leurs 28ème année), la landwehr du 2ème ban pour 6 nouvelles années (au 1er avril de leurs 33ème année) , et enfin la landsturm du 2ème ban pour 6 ans 3/4 (le 1er avril de leur 39ème année) et ce jusqu'à leurs 45 ans. Ils seront ensuite libérés de leurs obligations militaires.
- Soit ils seront reversés dans une troisième classe que l'on nomme l'ersatz réserve et servant à incorporer les excédents du besoin en recrutement. Elle est formée de jeunes gens de bonne constitution dont le maintien est déclaré indispensable pour les besoins agricoles, industriels ou commerciaux du pays. Les hommes la constituant y sont maintenus jusqu'à leur 32 ans, et constitue une ressource immédiatement utilisable dans les dépôts ou pouvant y être rapidement instruite. En réalité, l'Allemagne n'a pas les moyens financiers d'incorporer cette classe.

Pour les cavaliers et les artilleurs, le temps dans la réserve est imputé d'une année (pour compenser leur 3ème année de service actif), et leur temps dans la landwehr du 1er ban est également réduit à 3 ans au lieu de 5. Ils entrent ensuite dans le 2ème ban de Landwehr dans leur 30ème année, puis dans le 2ème ban de landsturm au 1er avril de leur 39ème année et étaient comme les autres astreints au service jusqu'à 45 ans.

Pour les conscrits de la marine, le temps de service actif est également de 3 ans. Puis nos marins effectueront 4 ans dans la réserve avant leur passage dans le 1er ban de Seewehr pendant 5 ans. Viendra ensuite le 2ème ban de Seewehr jusqu'à leur 39 ans révolus. A partir de cet âge, ils rejoindront comme les autres hommes, la Landsturm. Les jeunes gens issus de la population maritime et demi-maritime qui ne sont pas incorporés sont versés directement dans l'ersatz-réserve (pendant 12 ans) où ils ne recevront aucune instruction.

Les hommes versés dans la landsturm du 1er ban dès leur conseil de révision sont de constitution physique trop insuffisante pour faire partie de l'armée d'active. Néanmoins, ils ne le sont pas assez pour être réformés. Ils peuvent également être des éléments excédentaires de l'ersatz-réserve.
Ces hommes ne reçoivent aucune instruction, mais peuvent si la situation de guerre l'exige être appelés au service. Représentant une force de 2 millions d'hommes répartis sur tout le territoire de l'empire, ils vont être mis à contribution en 1914.

Afin de vous faciliter la visualisation de ces différentes étapes et processus, veuillez vous reportez à l'annexe I.

Cas particuliers, les engagés volontaires :

Tout allemand peut demander à entrer dans l'armée dès qu'il a atteint l'âge de 17 ans, moyennant certaines conditions. Dans un premier temps, il doit obtenir l'autorisation du membre civil de la commission de recrutement dont dépend son domicile. Il lui faudra également une autorisation de son père ou tuteur s'il a moins de 20 ans. Dans le cas contraire, cette pièce peut être remplacée par une attestation de l'autorité civile constatant que l'intéressé n'a pas de famille à sa charge. Viendra s'ajouter à ces autorisation, un certificat des autorités locales (ou de police) indiquant que l'intéressé n'est pas lié par aucun contrat civil, et attestant qu'il possède une bonne conduite et moralité.
Muni de ces précieux sésames, le candidat se présente à un chef de corps de son choix, qui à l'issue de l'examen des pièces fournies et d'une visite médicale, accepte ou pas son engagement. S'il n'existe pas de vacances disponible au corps, le volontaire peut être accepté et renvoyé dans ses foyers en attendant une place disponible à son incorporation (il est alors considéré comme une recrue). Cette incorporation doit avoir lieu entre le 1er octobre et le 31 mars, toutefois, les volontaires se destinant à une carrière d'officier ou désireux de faire partie de la musique du corps sont incorporable à toutes époques de l'année. Ces engagés volontaires ne bénéficient d'aucun avantage lié à leur volontariat.

Autres cas particulier, les engagés d'un an....

Certains jeunes gens désignés sous le terme « d'engagés volontaire d'un an » Einjahrig freiwillige, ne sont astreints qu'à une année de service dans l'armée, s'ils sont pourvus d'une instruction générale suffisante. Ils doivent également posséder les moyens de s'habiller, de s'équiper et de se nourrir pendant leur année de présence sous les drapeaux. Leur volontariat est soumis à l'approbation d'une commission composée de 2 officiers supérieurs et de 2 membres civils de la commission de recrutement intéressée. Cette commission est renforcée de « professeurs » chargés de faire passer les éventuels examens probatoires. Le candidat doit fournir :
1 acte de naissance
1 déclaration du père ou tuteur s'engageant à équiper le volontaire pendant une année, et à pourvoir a ses frais d'entretien et de logement.
1 certificat de bonne moralité, accordé par les anciens directeurs d'établissements fréquentés par le volontaire ou par l'autorité locale.
1 certificat d'instruction générale délivré par certains établissements scolaires désignés par la chancellerie de l'empire.
Si le candidat n'a pas cette dernière pièce, il lui est possible de passer directement l'examen correspondant devant la commission.

Le volontaire d'un an peut choisir son arme d'affectation (sous réserve de correspondre aux critères de tailles et de poids) dans la limite des unités arrêtées annuellement par l'autorité militaire.
Il doit aussi s'il se destine à l'arme montée cavalerie, ou artillerie à cheval, pouvoir nourrir le cheval fourni par le corps. A cet effet, chaque corps prévoit lors de la réforme annuelle de ses chevaux, un nombre de montures correspondant au nombre d'engagés d'un an qui l'intégrera, afin de pourvoir à ses besoins. L'engagé devra également s'acquitter du fourrage et du ferrage de sa monture et verser à titre de compensation pour l'usure de son cheval, de la somme de 500 francs annuels pour la cavalerie et l'artillerie à cheval et de 187,50 francs de l'époque pour l'arme du train et l'artillerie montée. Les dépenses réalisées ne permettent pas à l'engagé volontaire d'avoir un quelconque droit sur sa monture à la fin de son service.

Une fois le passage devant cette commission réussie, le volontaire se voit délivrer un certificat donnant droit au volontariat d'un an (Berechtigungschein zum einjahrig-Freiwilligen dienst) qui lui permettra soit d'incorporer directement ou d'être provisoirement ajourné jusqu'au 1er octobre de sa 23ème année.

Outre le fait de ne pas coûter un sous à l'empire, le volontariat d'un an constitue la principale ressource de l'autorité allemande en officier et sous-officier de réserve. Le statut procuré par ce volontariat permettant à l'issue de périodes de réserve bien spécifique, d'intégrer le corps des officiers de réserve. A partir de 1900, les instituteurs ou élèves-instituteur sont considérés comme engagés volontaire d'un an, d'office. Ils sont donc versés dans la réserve au bout d'un an de service.

Ces engagés volontaire d'un an forme un contingent d'environ 14.000 hommes par an.


Alors que la date d'incorporation des jeunes classes approche, celle de départ des plus anciennes à sonnée.....

Les obligations de la réserve :

Les différentes Réserves sont désignés en Allemagne sous le nom de Beurlaubtenstend. Elle comprend :
1 – tous les hommes classés dans l'armée d'active, la Landwehr 1er et 2ème Ban, l'Ersatz-réserve.
2 – les recrues (jeunes gens en attente d'incorporation) ou volontaires non-encore incorporés et encore provisoirement dans leurs foyers.
3 – les hommes laissés à disposition des autorités de recrutement, c'est à dire ceux dont la situation militaire n'est pas complètement fixée.
4 – les hommes à la dispos de leurs corps et envoyés en congés avant l'expiration de leur temps de service actif.

L'administration des réserves porte en Allemagne le nom de Kontroll.
Elle est dirigée par les commandants de districts de landwehr ayant autorités sur les districts de levée. Ils sont assistés dans leur tâche par des officiers de district, de contrôle et des sergents-majors de district. Cette administration des réserves nécessite la tenue de registres établis par les armes et services et portant le nom de :
- Ranglisten pour les officiers
- Landwehrstammrollen pour les hommes de la réserve et de la Landwehr
- Ersatzreserverollen pour l'ersatz-réserve
- Kontrollisten pour les recrues, engagés volontaires, ajournés, ect......

Outre la tenue de ces registres, cette administration astreint les réservistes (au sens large du terme) à des réunions de contrôle et à des périodes d'instructions.

Ces réunions de contrôle (Kontrolversammlungen) ou revues d'appel ont lieu deux fois par an. Elles ont un caractère obligatoire et permettent à l'autorité militaire d'une part d'obtenir les renseignements nécessaires à la tenue de ses registres (déménagement, infirmités, décès......), mais également de rappeler aux hommes qu'ils sont toujours soumis (malgré leurs vêtements civils), à l'autorité militaire notamment en cas de mobilisation.

Les périodes d'instruction : Elles sont régies par le règlement sur le service militaire. Leur durée est de :
1 – Réserve de l'armée d'active : tout homme faisant partie de la réserve de l'armée d'active est tenue d'assister à deux périodes d'instruction. Chacune ne doit pas dépasser huit semaines.

2 – Landwehr 1er Ban : Deux périodes d'instruction de huit à quatorze jours. Les hommes appartenant à la cavalerie de Landwehr ne sont pas convoquable en temps de paix. Les hommes ayant dépassés 32 ans ne sont généralement plus convoqués.

3 – Landwehr 2ème Ban : Non rappelable en temps de paix. Toutefois, les hommes qui la compose peuvent faire des périodes d'instruction volontaires.

4 – Ersatz Réserve : Ses hommes sont soumis à trois périodes d'instruction pour un service sans arme. L'ersatz Réserve a été soumise en temps de paix de 1881 à 1893 à 3 périodes d'instruction d'une durée totale de 20 semaines réparties sur 3 années consécutives. Les hommes ayant atteints 32 ans restés sans instruction sont reversés dans le 1er ban de la Landsturm avec les conscrits qui y avaient été classés dès leur conseil de révision. Ceux qui ont bénéficié d'instruction rejoignent eux, le 2ème ban de Landwehr. A partir de 1893, on a supprimé ces périodes d'instruction. Néanmoins certains hommes sont rappelés pour des périodes ponctuelles.

5- La Landsturm ne fait pas partie à proprement parler du Beurlaubtenstend. Ses hommes ne peuvent être convoqués, ni pour une période d'instruction, ni pour une revue d'appel. Seul un état impérieux comme « l'état de danger de guerre » est susceptible de mobiliser cette classe.

En réalité l'autorité militaire n'impose qu'une seule période de rappel, souvent réduite à 2 semaines jusqu'en 1906.

A partir de 1906....

A partir de 1906, la tache des conseils de révision devient de plus en plus ardue.
A titre d'exemple, pour l'année 1912, ce sont 1.289.868 jeunes conscrits (en déduisant les 40.143 jeunes gens qui ont devancés l'appel pour 1, 2 ou 3 ans) qui se présentent devant eux. Sur ce nombre, 916 hommes sont écartés du service pour cause de condamnations judiciaires. 34.211 sont déclarés inaptes définitifs. 742.482 sont ajournés pour développement physique ou maturité non parvenue à leur terme. 239.717 sont déclarés aptes sans réserve, 90.207 sont versés dans l'ersatz-réserve, et 137.922 dans la landsturm. En 1913, le recrutement passera à 288.197 appelés dont 70.959 volontaires. La marine incorpore 17.478 hommes dont 6161 volontaires. 31.223 hommes sont déclarés inaptes, 89.116 rejoignent l'ersatz-réserve et 119.165 la landsturm.

Passé dans le 1er ban de landwehr après 5 ans et demi dans la réserve, le soldat doit 2 périodes de 8 à 14 jours chacune d'instruction. En réalité, on ne le convoque qu'une fois. Les cavaliers et les artilleurs (qui ont fait 3 ans dans l'armée d'active), ne sont plus convoqués à ces périodes d'instruction dès qu'il intègrent le 1er ban de landwehr. Les hommes du 2ème ban de landwehr sont également exemptés de ces périodes de réserve.

Pour autant, les périodes d'instruction sont maintenues. En 1906, on convoque 345.740 réserviste. En 1913, on en convoque 605.364 et en 1914 la mobilisation prévue est de 791.494 hommes. Soit à peu près l'effectif de l'armée d'active.

On retrouve donc pour la grande majorité à partir du 15 octobre de chaque année, et en plus du contingent :
des engagés volontaires entrés au service avant l'âge légal (Freiwillige)
des engagés volontaires, Fahnenjunker qui se destinent à la carrière d'officier
des engagés volontaires d'un an
des rengagés (Kapitulanen)

aux portes des régiments.
annexe:




À suivre.......

Sources :
L'armée Allemande « Etude et organisation » 2ème bureau de l'Etat-major de l'Armée (édition 1903)
L'armée Allemande avant et pendant la guerre de 1914 1918 de Pierre Cameina d'Almeida (édition 1919).


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
La conscription dans l'Armée Allemande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grades dans les armée pendant la guerre d'un an (universal Century).
» Vu hier un document sur les femmes soldats dans l'armée américaine
» les motos de l'armée allemande
» la collection de chars du Cheesecake
» Armored Units and Vehicles in Croatia during ww2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire générale-
Sauter vers: