histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le camouflage dans l'armée française : les camoufleuses de Chantilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: le camouflage dans l'armée française : les camoufleuses de Chantilly   Mar 10 Mai - 15:47

post de chemindesdames72


Voici un document très intéressant :


LES P’TITES CAMOUFLEUSES DE CHANTILLY

Notice sur l’atelier de camouflage de l’armée française en 1917-18 à Chantilly (Oise)
(sources : collection ©Gérard Mahieu & ©Gérard Godard)


L’idée moderne de camouflage (le mot n’est pas ancien, on disait plutôt camouflement – aussi bien camoufleur et camoufleuse sont-ils des néologismes), met fin à la tradition séculaire du « voir et se faire voir », où force et bravoure tirent de leur présence visible leur efficacité psychologique. À l’été 1914, le « pioupiou » porte et arbore le pantalon rouge et les plumes de casoar, tenue qui incarne cette tradition.
Pourtant, bien avant la guerre de 14-18, la question de l’invisibilité des hommes s’est posée. Les Britanniques adoptent le kaki en 1900, les Américains en 1902, les Russes en 1909 ; les Allemands le Feldgrau en 1907, les Autrichiens le gris-brochet en 1909 et, la même année, les Italiens le gris-vert.
Côté français, il faut attendre le 9 décembre 1914 pour voir l’entrée du drap bleu clair – à défaut du kaki demandé par Joffre. Pour ce qui est du camouflage des sites, armes et matériels, on doit « à l’imaginaire avisé, et sans a priori, d’un artiste confronté à l’épreuve du feu, pour voir son invention resurgir et sa solution adoptée et ratifiée le 12 février 1915 »1
Un artiste, en effet, car quelques-uns d’entre eux trouvent dans le conflit l’occasion de mettre leur talent au service de la Patrie. Celui-ci est un peintre, Lucien-Victor Guirand de Scevola. On lui prête la paternité (parfois contestée)2 du projet. Il est alors maréchal-des-logis du Génie quand il constate que dès qu’une pièce d’artillerie française tire, les Allemands la repèrent et répliquent aussitôt en la bombardant. Il a l’idée de camoufler « le canon trop brillant et ses servants avec des toiles bariolées dont les teintes se fondaient avec celles de la nature environnante, et dont les motifs modifiaient la forme réelle des objets, selon le principe employé par les cubistes. »3
On sait que, dans le règne animal, une complication efficace du camouflage est en effet fournie par le bariolage (dessins disruptifs) dont l’effet est de rompre la forme, de dissocier en quelque sorte l’animal qui n’est plus visible dans son ensemble mais formé de plusieurs parties indépendantes. Ces dessins peuvent être formés de taches ou de bandes, ces deux procédés se combinant de toutes les façons possibles…Ainsi en fut-il – entre autre −du travail sur toiles peintes des camoufleuses et camoufleurs.

Les premières expériences ont consisté à dissimuler des pièces d’artillerie, soit en les recouvrant de toiles peintes ou de filets de raphia4 tissé, maintenus par des piquets de fer ; et puis on essaiera des leurres plus élaborés, comme ces faux cadavres de chevaux, aux carcasses pouvant servir de poste de dissimulation pour l’observation5.
Après des essais concluants (contrôlés par l’aviation), des expérimentations sur le front picard, des démonstrations successives aux commandants d’armée, où se révèle le bien fondé de la découverte - elle intéresse Poincaré -, Guirand de Scevola, appuyé par le général de Castelnau, réussit à persuader le haut commandement de la valeur stratégique de l’invention.
Le 14 août 1915, le général Joffre donne ainsi sa toute première organisation régulière au camouflage. Ce service est constitué en unité, d’abord rattachée au GQG (alors fixé à Chantilly à l’hôtel du Grand Condé) puis, en octobre 1916, au 1er régiment du Génie, unité placée sous le commandement de Guirand de Scevola qui prendra du galon.

L’unité ne comptera d’abord que 125 réservistes territoriaux, ouvriers, peintres décorateurs ou peintres en bâtiment ; elle se compose d’un atelier central, à Paris, et de trois ateliers secondaires : les groupes d’armées du Nord sont basés à Amiens, ceux de l’Est à Nancy, et ceux du centre à Châlons-sur-Marne (-en-Champagne).
Il faudra peu de temps pour que le camouflage devienne un instrument obligé de la guerre au service de toutes les armes. On rappelle de tous les points du front, courant 1916, de nombreux artistes, peintres, illustrateurs, sculpteurs, décorateurs de théâtre, mais aussi des menuisiers, des charpentiers, monteurs et ajusteurs…
La section va connaître un développement considérable et une animation laborieuse comparée à une ruche (Cf. la chanson ci-jointe) ; elle s’appuie sur un personnel spécialisé, et varié, dans l’industrie du camouflage. En 1918, l’unité dénombre plus de 3 000 hommes de troupe, officiers compris, auxquels s’ajoute une importante main-d’œuvre civile, notamment féminine (plus de dix mille femmes seront employées dans les zones d’armée et l’atelier central ; on utilisera aussi, notamment à Chantilly, des travailleurs annamites et des prisonniers allemands.)

Au 1er mars 1918, la liste des ateliers et sections de camouflage est celle-ci :
ATELIERS
Paris (atelier central) − Chantilly – Épernay – Châlons-sur-Marne – Nancy
SECTIONS
Bergues (Nord) − Noyon (Oise) − La Garenne-de-Gueux (Marne) − Barle- Duc (Meuse) – Belfort − Soissons (Aisne) – Châlons-sur-Marne − Nancy (Meurthe-et-Moselle) − Épinal (Vosges)

Chantilly nous intéresse. La ville, occupée par les Allemands du 3 au 5 novembre 1914, devient par la suite le siège du Grand Quartier Général du généralissime Joffre, de novembre 1914 à la fin de 1916. C’est au printemps de 1917, à la suite de l’extension du front Anglais (qui englobait Amiens) que le camouflage quitta la cité picarde pour descendre vers le sud, à Chantilly, où un petit atelier existait déjà. De nouveaux ateliers furent conçus par Lavignac, responsable de la section pour le cuirassement et les installations. On peut citer à présent, presque in extenso, un extrait de l’important article, très documenté, signé Cécile Coutin : le Camouflage pendant la seconde guerre mondiale.6

Sur une place, « au bord de la grand pelouse s’étendant entre le champ de courses et la rue d’Aumale, et qui avait été concédée aux camoufleurs, Lavignac avait fait construire trois quais d’embarquement pour le matériel fabriqué dans les ateliers. Un quatrième quai sur la rue adjacente servait au débarquement des matières premières. À la fin d’avril 1917, presque tous les ateliers étaient déjà montés : hangars Bessonneau pour la peinture, baraques Adrian pour le tissage du raphia, ateliers de couture, cuves à teintures, séchoirs, etc. »
« Il y avait des trottoirs en béton, des voies pour les wagonnets, des canalisations, une infirmerie et des bureaux. Les baraquements des prisonniers étaient au fond, contre le champ de courses, entourés de barbelés. Il en vint 200, auxquels s’ajoutèrent 200 territoriaux et 1 200 ouvrières. »
Le même auteur, à propos de Chantilly, cite un extrait des Souvenirs d’un peintre illustré par lui-même, de Berthold-Mahn :

« Dans chaque baraque de tissage, les grillages de 10 mètres de long au nombre de huit étaient suspendus aux métiers, et huit équipes féminines y travaillaient en même temps […] L’ensemble des ateliers sortait chaque jour au moins quatre kilomètres de ces rideaux de verdure artificielle. Leur principale fonction était le camouflage des routes, sur lesquelles l’ennemi avait des vues directes. À leur abri, les troupes passaient, invisibles. Les toiles peintes, employées aussi à cet usage, servaient plutôt à recouvrir les tranchées, les abris, les canons, etc. Les camions arrivaient et repartaient sans arrêt, chargés par les prisonniers, et nos fabrications restaient toujours inférieures aux besoins du front qui étaient immenses. »


CHANTILLY EN 1918



Mille deux cents ouvrières étaient donc employées au camouflage à Chantilly. Du travail et de la ferveur de ces femmes, deux rares témoignages sont parvenus jusqu’à nous.
Le premier est une chanson écrite par l’une des camoufleuses de Chantilly, en 1917, originaire de Gouvieux, et qui signe modestement A. G. [Adèle Godard]
Nous devons à Gérard Godard, son petit-fils, qui conserve pieusement l’original, le texte de cette chanson et l’autorisation de la publier. Qu’il en soit vivement remercié.
Il y a beaucoup de fraîcheur, de jeunesse et de foi, dans ces vers qui peuvent amuser et plus certainement émouvoir…

L’autre souvenir (page suivante) est également un document familial. Il s’agit d’une photographie représentant six jeunes filles en tenue (« blouse blanche et bonnet léger »), sans doute affectées au travail de l’osier, sinon du raphia, posant dans un décor boisé, avec, pendant d’une fausse branche, une fausse corde… sans pendu (en haut à gauche).
C’est la jeune fille qui est debout, à l’extrême gauche sur la photo, qui a écrit et adressé cette carte, datée de Gouvieux, le 18 août 1917, à son frère Gabriel. Elle s’appelle Lucienne Mahieu. Voici ce qu’elle écrit :
« Mon cher frère »,
« Je t’envoie un petit souvenir du camouflage et je pense que ça te fera plaisir. Comme tu le vois, je suis en camoufleuse. Je pense que maintenant ta gorge va tout à fait bien. Je te dirai que Julien B. est en permission et il est venu nous voir ce matin. Enfin, mon cher frère, reçois les meilleurs baisers de ta sœur qui t’aime. »
« Lucienne »
Lucienne Mahieu est la cadette d’une famille de trois enfants. En 1917, elle a 17 ans, ses deux frères (Gaston et Gabriel) qui assuraient la bonne marche de l’entreprise de maçonnerie familiale sont mobilisés. Son salaire de camoufleuse sera donc bienvenu.
Gaston, le frère aîné, artilleur, sera gravement blessé, et devra être trépané.
Gabriel, sera également blessé par deux fois. La première fois lors des combats de Craonne le 16 avril 1917 ; la seconde à Canly, le 12 août 1918, ainsi cette lettre du 13 août :
« Chers parents, Ces quelques mots pour vous dire que je suis blessé, mais pas gravement, aussi c’est le filon car j’espère passer un bon petit moment à l’arrière. J’ai été blessé en attaquant le 12, à 8 heures du soir, par une balle de mitrailleuse qui m’a traversé le bras […] »
« Je termine en vous embrassant de tout cœur ainsi que Lucienne »
« Gabriel »

Lucienne, la ‘p’tite camoufleuse’…





et la chanson.



Au profit des Blessés – Vendue : OFr. 15
LES P’TITES CAMOUFLEUSES
(Chantilly 1917)
Sur l’air de la : Riviéra
Refrain
En blouse blanche et bonnet léger
Regardez les petit’s camoufleuses
Tout’s dans un même élan de cœur
Ell’s travaill’t avec beaucoup d’ardeur
Sachant, que c’est pour protéger
Nos brav’s et vaillants petits soldats
Des terribles combats, qui se passent là-bas
Tout là-bas sur le front où l’on s’bat
Au loin
Là-bas
Sur le front des combats
**

1er Couplet
Les p’tits camoufleuses
Très gentiment chaqu’ matin
Arrivent joyeuses
De tous côtés à pied et mêm’ par le train
Pleines de courage
Elles se mett’t à l’ouvrage
Chacune dans sa tâche
Contribue à la défense Nationale
En aidant à cacher sur le front
Les canons et les munitions

2ème Couplet
Dans de grand’s cabines
Elles entrent chaqu’ matin gaiement
De leurs doigts agiles
Font des étoil’s et des nœuds à qui mieux mieux
Mais pour faire paraître
Moins longu’s leur journée de labeur
Elles chantent sans cesse
Des refrains qui aigayent [sic] les cœurs
Sans pour ça oublier nos soldats
Qui se battent tout là-bas

3ème Couplet
Et les teinturières
Malgré leurs sabots de bois
Restent très légères
Pour monter aux cuves teindre du raphia
Qui vient de la Chine
Ou bien de Madagascar
Et qu’en bottes fines
Elles tassent du matin au soir
En songeant que la France sortira
Victorieuse de tous les combats

4ème Couplet
Les p’tit’s Barbouilleuses
Par tout’s ainsi dénommées
Restent gracieuses
Avec leur gros tablier
Le soleil qu’ell’s bravent
Pourtant parfois très ardent
Sèche vite les toiles
Qu’ell’s camouflent en pensant aux absents
Et le soir la journée terminée
Tout’s sortent d’un petit pas pressé.

5ème Couplet
Toute cette ruche
Est commandée savamment
Par des chefs très justes
Qu’elles écout’t avec empressement
Elles savent reconnaître
Qu’en commandant doucement
Ce n’sont plus des maîtres
Mais des pères qui caus’t à leurs enfants
C’est pourquoi ils sont tous estimés
Et très respectés.
Une camoufleuse
A.G.
[Adèle Godard]
___________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
le camouflage dans l'armée française : les camoufleuses de Chantilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Berliet dans l'Armée Française
» Recherche photos du camion GMC CCKW-353 Armée française 70'
» m 74 recovery et m4 a1e8 dans l'armée française
» Scratch PEUGEOT P 107 350cm3 Armée Française 1940 . 1/72éme
» Les camouflages de l'armée française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire générale-
Sauter vers: