histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les képis d’officier en drap de fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Les képis d’officier en drap de fond   Mar 5 Avr - 11:36




post de 104RI


Voici une vue d’ensemble des képis présentés ici, on
appréciera les nuances de couleur…
Je vois régulièrement un flottement au sujet de la
destination de ces képis.
Je vais donc tenter de débroussailler le sujet.
Les képis d’officier en drap de fond naissent dès les 1er
mois de la guerre.
En août 1914, quant la guerre éclate, les officiers, comme
la troupe, doivent recouvrirent leur képi d’un manchon pour dissimuler leur
couleur et leur soutache trop voyant
Rapidement des officiers font confectionner des képis en
drap gris bleu de fer gardant leur képi d’avant guerre comme képi de service.
Le képi gris bleu de fer a alors une vocation purement de
combat  dont le rôle 1er est la
discrétion
La jugulaire est en tissu et les boutons en corozo ou
recouvert de drap et bien sur il n’arbore aucune marque de grade
Avec la notice modificative du 9 décembre ces képis prennent
une couleur bleu horizon.
Voici une magnifique photo (collection lebel86 que je
remercie au passage pour son autorisation d’utilisation). Cette photo présente
le sous lieutenant Oustry qui décéderas d’un accident d’auto en avril 1916.
Celui-ci s’est fait photographié en tenue de combat avec ceinturon troupe et
cartouchière, sans doute lors de la réception de son nouvelle uniforme au
printemps 1915. La barbe devra être coupé après pour permettre l’utilisation
des tampons anti- gaz.
Celui-ci porte un képi de combat réglementaire sans marque
de grade et avec la jugulaire en tissus.


Rapidement la mode s’en empare. Le képi de combat,
prestigieux passe à l’arrière donnant une allure de guerrier à ceux qui restent
dans les services et les dépôts.
Apparaît à ce moment le képi de drap de fond de service. Une
chose contrarie ces guerriers, c’est le manque de visibilité de leur grade
Qu’a cela ne tienne les fabricants proposent des képis
horizons avec les soutaches d’avant guerre conservant toutefois  la jugulaire en tissus marque de l’officier
de combat.
Les médecins se font fabriquer d’extraordinaire képi avec
calot horizon et bandeaux en velours bordeaux.

Exemple de képi en drap de fond porté loin du front
!!!

Les officier de front cède aussi rapidement aux sirènes de
la mode
Bien sur ce type de képi ne pouvait pas être emmené en
première ligne et certains officiers font l’achat de 2 képis, un combat et un
de service.
Pour faire des économies et éviter l’achat de 2 képis,
apparaissent des képis polyvalents convenant aussi bien au service qu’a la
tranchée de 1ere ligne. Des grades basse visibilité sont monté. En coton ou
soie bleu ou en soutache métallique non dorée, ils reprennent la forme de ceux
d’avant guerre.
Apparaît aussi des grades en galon doré ou argenté selon le
bouton mais de la taille des nouveaux grades adoptés pour les tenues.

Exemple de grade réduit a l’avant sur les képi de ces
deux jeunes aspirants deux 50eme de Périgueux

En septembre 1915 l’apparition du casque sonne le glas du
képi de combat.
Reste seule le képi de service qui jusqu’en 1918 va orner la
tête de tous les officiers aussi bien du front que de l’arrière. Peu à peu les
képis sans soutache disparaissent et les soutaches dorés reviennent en  force ainsi que la jugulaire doré. Celle-ci
est toujours arborée avec les galons de grade.
En 1918 Clemenceau lassé de voir les képis les plus
fantaisiste sur la tête des officier préconise le képi d’avant guerre.
Comme souvent, le képi drap de fond va alors poursuivre sa
carrière auprès de la troupe.
La troupe avait dés le début était tenté par ces képi et les
fabricants avait proposé des version qui leur était destiné.
Ceux-ci n’étaient pas portés au combat, non pas parce
qu’interdit comme cela est souvent avancé mais tout simplement parce que les
soldats n’allait pas exposer à la boue et au piétinage, un képi acheté par ses
soins ou offert par une mère ou une épouse.
L’argument selon lequel les officiers voyait d’un mauvais
œil, ces képis en premier ligne ne tient pas, surtout en 1915 ou dans une même
compagnie képi 84 avec manchon, variante gris bleu de fer et horizon qui
suivirent, sans parlé des modèle en feutre et ersatz de tout poil, un képi
d’achat perso devait bien passer inaperçu.
Ces képis étaient donc des képis de sortie.
La troupe y faisait monter une jugulaires de cuir verni et
les sous officiers une jugulaire, au quelle il avait droit, en galon dorée ou
argent selon le bouton.
Cette particularité laisse souvent penser que nous avons
affaire à des képis d’officier alors qu’en vérité les officiers ne porte la
jugulaire en galon que lorsque le grade est visible.
Pendant les premières années de la guerre la jugulaire
tissue était l’apanage des officiers uniquement.

Cette publicité du catalogue Manufrance décrit bien le képi
sous officier avec jugulaire or ou argent alors que le képi officier y est
proposé avec jugulaire tissu ou éventuellement or ou argent  avec les soutache de grade en soie

Képi horizon en tout point conformer au règlement. Souvent
attribué aux sous off , ce képi est le modèle typique du képi de combat
d’officier en bleu horizon.

Les sous officier gardant leur képi attribué pour le combat
, jamais ils n’auraient accepter de porter un képi aussi rustique en tenue de
sortie avec bouton corozo et sans la jugulaire en galon d’orée qui leur est
autorisée !!!



Képi de combat et de service d’un capitaine d’infanterie. Ce
képi est une transgression du règlement. Cette fabrication « la Belle Jardinière
» avec galon basse visibilité pouvait aussi bien être porté au feu comme a
l’arrière. A remarquer sa haute taille, le calot affleure et son turban est
encore présent. Les boutons bleuis sont à grenade.


Képi de commandant de l’artillerie coloniale avec galon
métallique non dorée. D’une magnifique forme foulard ce képi et de loin mon
préféré. La jugulaire tissu y est bien sur présente et  les boutons dorés présente les canons croisés
et l’ancre de l’artillerie coloniale.



Képi polo d’un sous lieutenant du génie. Mal rendu par la
photo ce képi est d’une couleur proche des tuniques d’officier de hussard. Je
pense qu’il était monté à l’origine avec une jugulaire en tissu remplacé sans
doute en 1916  par la jugulaire dorée et
les boutons dorés du génie.

Képi polo d’un lieutenant du 351eme régiment d’infanterie.
Ce képi présente la rare particularité d’avoir brodée en fil de soie bleu le
numéros du régiment, preuve que les numéros, contrairement au règlement, ont
bien été porté tout au long de la guerre par certain d’autant que ce régiment
est dissous en 1917 après avoir été
quasiment anéanti l’année d’avant à Verdun.








Képi d'un chef de bataillon d'infanterie,  de forme manchon, assez bas, jugulaire dorée et 4 galons en soutaches sur le devant (collec. Bertrand11)
C'est certainement un képi de combat sans grade et avec jugulaire en tissu transformé par son propriétaire en képi de service aprés l'introduction du casque en septembre 15...



képi de lieutenant à galon doré relativement sombre, jugulaire tissu BH et boutons grelots sans empreinte (collec. palmatum)


Cerise sur le gâteau, l'étiquette du fabricant Richard à Paris et le nom du propriétaire Bugaret.
La date de Janvier 1916 vient confirmer  l'évolution de confection de ces képis. Le drap fin employé ne laisse pas de doute sur sa destination.
Sa forme est aussi un bon repaire sur l’évolution de la mode du képi.





Képi de combat d’officier médecin, la rusticité du képi et de la croix rouge plaide en ce sens. Celle-ci utilisé pour signaler son statut en 1er ligne auprès des 2 camps Un sous lieutenant, ou lieutenant détaché à un bataillon.Il est lui aussi gris de fer bleuté, mais beaucoup plus foncé que le précédent. Il n'est pas rigide et présente une double surpiqure qui fait le tour du turban. La jugulaire est en drap et les boutons sont tout petits, sans empreinte. Il présente la particularité d'avoir un attribut du service de santé dont le fond blanc est fait avec une compresse. (collec. Verdun79)



Képi de forme polo, il a appartenu à un lieutenant du 319e RI. Les chiffres, comme celui du 351e RI de 104 RI sont brodés. Les boutons de la fausse jugulaire sont bombés, sans empreinte. Le galonnage et le nœud hongrois sont en cordonnet blanc - bleuté. Le képi lui même est en drap de gabardine. (collec. Verdun79)





Képi de chef de bataillon ayant appartenu à un duc d'une des plus grandes familles françaises. D'ailleurs, sur le dessous de la visière, une couronne ducale confirme cette appartenance.
Il est en drap de gabardine, de forme polo, et la fausse jugulaire est également fabriquée en drap de gabardine. Les boutons sont bombés ... et aplatis et le galonnage est en cordonnet blanc bleuté. Comme sur le képi précédent, le nœud hongrois est simple. L'intérêt de ce képi est qu'il est attribué et daté. (collec. Verdun79) Il rentre dans la catégorie des képis polyvalents.

Une étiquette, à l'intérieur, précise :

GERBEAUD - DUCHER
Hebrard et Cie & successeurs
270, rue de ?????   (je n'arrive pas à déchiffrer le nom de la rue
3 avril 1915    puis quatre chiffres
Mr Duc de ...... (le nom du duc en question).



La couronne ducale, sur le dessous de la visière


Dernière édition par Admin le Lun 23 Nov - 23:15, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Mar 5 Avr - 11:46

Képi du membre gcg




deux autres képis (collec. képi54140)





un autre exemplaire (collec. Albéric16)




Képi de lieutenant dont la visière a été cassée pour le rendre plus seyant, on peut remarquer aussi


Comme le montre la publicité d'époque, certains officiers portaient le "nouveau" képi polo sans chiffre avec leur tenue. Voici une photo d'un officier sans numero sur le képi





képi bleu du 92ème Régiment d'Infanterie récemment rentré avec le 1884 ayant appartenu à la même personne. (collec. jacky)




Les chiffres métalliques sont d’origine et la petite particularité qui m’interpelle est que les boutons de jugulaires sont de la Croix Rouge ??? La personne qui m’a vendu ces képis ma dit qu’il y avait un toubib dans la famille ??? Pourquoi le numéro de régiment alors ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Lun 23 Nov - 23:13

Une petite photo pour montrer un képi BH du commerce en situation. (collec. Bertrand11)

Un caporal téléphoniste du 293e RI très soigneux de sa personne, avec képi fantaisie, vareuse soignée et chaîne de montre.
Un brave malgré tout, puisqu'il a déjà fait 2 ans au front et est titulaire de la croix de guerre (le 293e RI a été dissous en 1917).




képi d'officier en BH, de type "manchon".(collec. guynemer)





un képi en toile (collec. carabinvert)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les képis d’officier en drap de fond   Aujourd'hui à 23:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Les képis d’officier en drap de fond
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» couleur des képis
» Officier de Hussard en Tenue de Nankin. (Il est fini,...enfin!)
» LETTRES D'UN OFFICIER DE CHASSEURS ALPINS
» Officier de hussards - Pegaso 75mm
» ALIEN - OFFICIER KANE (MMS64)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: le militaria :: le militaria français :: coiffes, uniformes, équipements individuels et collectifs :: les coiffes-
Sauter vers: