histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les généraux français morts au combat 1914-1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: Les généraux français morts au combat 1914-1918   Lun 18 Oct - 17:40

post de IR76 de hambourg

41 généraux français ont été tué au feu entre 1914 et 1918 et tous ces généraux, sauf 3, sont des généraux de brigade.

Proportionnellement le plus grand nombre de ces généraux a été tué en 1914. Numériquement cela donne:

-19 généraux ont été tués en 1914 (dont 5 en aout et 8 en septembre)
-7 en 1915
-7 en 1916
-5 en 1918

Généraux tués en 1914:
-Diou, le 21 aout (lieu ?)
-Rondony, le 22 aout en Belgique ( à St Vincent belle fontaine)
-Raffend, le 22 aout au même endroit
-Deffontaine, le 26 aout à l'hopital de Reims
-Plessier, le 27 aout à l'hopital de Lyon (balles au pied et dans le colonne vertebrale)
-Roques, le 6 septembre à Bar-le-Duc (balle en pleine tête)
-Dupuis, le 8 septembre (lieu ?)
-Bataille, le 8 septembre au col du bonhomme
-Marquet, le 10 septembre à Varennes-en-Argonne
-Barbade, le 10 septembre à Sempuis
-Rousseau, le 20 septembre à Cormicy
-Grand d'Esnon, le 21 septembre à Vigneulles-les-Hattonchatel
-Sibille, le 27 septembre à Beaumont
-Marcot (général de division), le 4 octobreà les Essarts-les-Buquoy
-Arrivet, le 29 octobre à Crouy
-Durand, le 18 novembre à l'hopital de la Rochelle (il avait été blessé à Craonne le 15 septembre )
-Caudrelier, le 30 novembre à Miraucourt
-Reymond, le 25 décembre à Massiges
-Battesti, le 25 décembre à Reims

Généraux tués en 1915:

-loizeau de Grandmaison, le 17 mars à l'hopital de Soissons
-Barbot, le 10 mai à Berthonval
-Stirn, le 12 mai à Berthonval (élevé au grade de général la veille)
-Delarue, le 20 mai à Mesnil-les-Hurlus
-Moussy, le 30 mai à Grenay
-Ganeval, le 7 juin dans les Dardanelles
-Masnou, le 17 juillet dans le bateau qui le ramenait blessé des Dardanelles

Généraux tués en 1916:

-Serret, le 6 janvier à l'Hartmannswillerkopf
-Largeau, le 27 mars à l'hopital de Froides
-trumelet-Faber, le 11 avril à Paris des suites de ses blessures
-Krien, le 9 mai à l'hopital de Commercy des suites d'une trepanation
-Anselin, le 24 octobre (Fleury) Il est enterré au cimetière de Douaumont au milieu de ses soldats.
-Aime, le 6 septembre à Souville (Meuse)
-Girodon, le 25 septembre (lieu ?)

Généraux tués en 1917:

-Riperbray, le 11 septembre à Verdun
-Challe, le 11 octobre (lieu ?)
-Collin, le 30 décembre à Vardar (front de Salonique)

Généraux tués en 1918:

-Lize, le 5 janvier à Galliera en Italie
-Grosseti (général de division), le 30 mai, mort de maladie sur le front d'Orient
-Des Vallières, le 28 mai (lieu?)
-Guignaboudet (général de division), le 30 mai (lieu?)
-Vanvaetermeulen, le 10 juillet (lieu ?) par eclats d'obus


A cette macabre liste je rajoute les noms de deux amiraux tués pendant la guerre:

-L'amiral SENES mort à bord du Léon Gambetta lors de son torpillage le 27.04.1915 en mer Adriatique
-L'amiral BIARD mort le 29.09.1917 à Corfou Italie suite à un accident sur son navire


ps : il y a eu d'autres généraux morts des suites de la guerre apres 1918.





Pour la petite histoire, Stirn était le successeur de Barbot à la 77éme DI après la mort de celui ci, blessé au ventre par un éclat d'obus.

Un soldat le ramena sur son dos au poste de secours ou il décéda.

Deux jour plus tard, le Général Stirn, donc, eu la carotide tranchée par un éclat d'obus alors qu'il prenait son déjeuner.

Un monument est érigé à la mémoire de Barbot à Souchez, à coté de la colline de Lorette, ou Barbot est enterré, sobrement, ayant la même tombe qu'un soldat.


Monument du Général Barbot, se trouvant à l'entrée de Souchez (62)





Sur le monument, un hommage au général Stirn, dont j'ai conté la mort plus haut...


Et au Général Plessier:


Voici maintenant la tombe du Général Barbot, qui repose sobrement a la nécropole de ND de Lorrette....








post de Elgo
Au sujet de la mort du Général Pierre des Vallières, voici quelques informations supplémentaires concernant les faits.

Au cours de l'offensive allemande de mai 1918 contre Chemin des Dames, la 151eme Division d'Infanterie, que commandait le général des Vallières, tenait un front d'une douzaine de kilomètres entre Margival et le mont des Tombes aux environs de Chavignon.

Le 28 mai, depuis son PC situé dans une creute de Juvigny, le général des Vallières ne cesse de parcourir le front de sa division.
En fin d'après-midi, de retour de Clamecy, où un bataillon du 5ème Régiment de Cuirassiers à Pied, venu en renfort, avait réussi à arreter l'avance allemande; le général arrive par la route de Leury au carrefour de Juvigny.
Il ignore que des troupes allemandes sont déjà aux abords de Juvigny.
A l'instant où sa voiture aborde le carrefour, une mitrailleuse, cachée à proximité, ouvre le feu et le blesse mortellement.
Son chauffeur et l'officier Richard qui l'accompagnent, parviennent à transporter son corps, dans un ancien boyau où ils sont contraints de l'abandonner.
En fin de journée, un groupe d'hommes parvient à revenir sur place et ramène le corps du général des Vallières.

A l'endroit où fut tué le général des Vallières, un monument a été élevé par ses anciens soldats de la 151eme DI.
Il se situe dans le département de l'Aisne sur la commune de Terny-Sorny.




monument en memoire du General ROUSSEAU tombé devant Cormicy avec ses Braves.





post de jupiter
Un petit post sur le général Paul DIOU qui tomba dans le bois de Mûhlwald

Le 20 août 1914 à 4 heures du matin, par une forte brume, les forces du 16e corps d'armée sous les ordres du général Taverna s'apprêtent à lancer l'offensive vers Bénestroff, mais au même moment, les troupes ennemies venant de Cutting, Loudrefing et Mittersheim lancent leur attaque ; c'est à la tête de la 63e brigade de Narbonne que le général Diou, donnant l'exemple, le fusil à la main, tombe mortellement frappé au bois de Mühlwald : il est aussitôt remplacé par le commandant Jacques, tué lui aussi au combat (voir Jacques Didier, LORRAINE 1914, Guide des lieux de mémoire - Morhange et le Grand Couronné de Nancy. Ysec 2004.)

Le général Diou est enterré au cimetière militaire du village de Cutting. En 1922, la municipalité et la section du Souvenir Français de Saint-Julien-lès-Metz font apposer une plaque sur sa maison natale. Son nom sera donné à l'un des trois forts du mont Saint-Quentin







Ici, un énorme travail a été fait pour relever tous les noms des officiers supérieurs morts en 14/18

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/qui-cherche-quoi/officiers-superieurs-conflit-sujet_8128_1.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
Les généraux français morts au combat 1914-1918
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Union des familles françaises et alliés +1914 frères et sœurs de guerre 1918+ décernée a M.
» Les Français à bord du Titanic
» Navire Français coulé au combat
» Portrait Mi-vivant/Mi mort
» Mort au champ d'honneur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire générale-
Sauter vers: