histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lettres d'un poilu du 140e RI, mort pour la France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: lettres d'un poilu du 140e RI, mort pour la France   Mar 20 Oct - 19:17

post de Landwehr


Il y a quelques mois, j'entreprenais des recherches pour localiser la tombe d'un des ancêtres (le frère de mon arrière grand mère) tombé au Chemin des Dames en mai 1917.

Grâce à deux membres du forum (Hesse & ChemindesDames72 ), j'ai pu recevoir des photos de la sépulture d'André ORSONI, soldat au 140°RI.

Je vous passe le moment d'émotion, alors que tous ses descendants (petits-neveux et nièces) le pensaient enseveli dans une fosse commune...

Mais cette découverte en a entraîné d'autres, enfouies dans des malles ou des cartons : les lettres qu'il adressait à sa famille, à son neveu (mon grand-père) et à sa soeur (mon arrière grand-mère) en particulier.



Impossible de les scanner toutes... J'aimerais vous en citer quelques passages :

"Quant à moi, je me trouve toujours au même poste sur la ligne de feu et on ne sait pas encore d’être relevé. Pour l’avance ces jours ci, les barbares ont un peu de résistance mais l’artillerie fera moyen de les chasser de St Quentin. Les départements de la Somme et l’Oise sont complètement délivrés et on est dans l’Aisne, […] le temps est toujours mauvais, malgré qu’on a de la boue jusqu’aux genoux, je vous jure que les anglais et nous qu’on livre de rudes combats.
Parait que les anglais vont prendre le secteur où nous sommes et nous aller ailleurs, probablement ça sera en Champagne ; mais ne vous chagrinez pas, tâchons d’avoir patience et courage en espérant toujours avec la volonté de Dieu nous protègera continuellement et pourrai revenir au plus tôt sain et sauf avec la victoire finale qu’elle est attendu de jour en jour avec impatience. [...] Vous me dites de me faire un petit colis sous peu, ça sera une fête en le recevant, que par ici c’est la vraie misère. Avec l’argent dans la poche on trouve rien à acheter, que nous sommes parmi les ruines de ces barbares.(21 avril 1917)
"

"Nous sommes dans les trous d’obus en rase campagne et parait qu’on va y rester plusieurs jours et l’heure nous tarde d’être relevé surtout pour pouvoir nous nettoyer que nous sommes dégoutants et la relève est encore loin à venir." (27 avril 1917)

"je me trouve en première ligne depuis plusieurs jours, toujours dans le même secteur (Aisne) et je vous prie que ça barde, nous avons l’artillerie boche qui nous canarde tout le temps jour et nuit, si ça vient des moments que la nôtre lui fasse passer une bonne raclée pour les faire taire mais (ils) répondent quand même et se sont bien fortifiés les salos (sic) à St Quentin. Malgré qu’ils ont toutes les meilleures positions, avec nos amis les Anglais, un de ces jours on les lui fera lâchés, et on voit la …( ?) qui commence a incendié la ville et nous nous sommes dans les faubourgs, ce sont de vrais barbares, des lâches et n’ayez pas de pitié de ces gens-là. Aujourd’hui je me trouve de sentinelle dans un petit poste très dangereux tout près des boches en avant de notre première ligne, tellement qu’on est près si nous toussons (ils) nous entendent et on a juste un petit trou pour se garantir la tête, on y est deux couchés à plat ventre dont il nous faut pas nous lever ou alors on est vu. Quelle journée longue et si triste dans cette position, ce n’est plus la guerre des tranchées c’est la rase campagne [...] Que voulez-vous tâchons d’avoir patience et courage espérant que le bon Dieu nous… du feu de l’ennemi et pourrai revenir sain et sauf… plus y retourner… Si vous pouvez envoyez moi du papier… et enveloppes…. Au moins que je puisse vous donner de mes nouvelles et si vous pouvez me mettre un crayon… " (30 avril 1917)

"je me trouve toujours en première ligne il parait qu’on va y rester une vingtaine de jours encore et après on ira au repos selon ce qu’on dit et je me trouve toujours au même secteur du côté de Craonne où sa barde où l’offensive se déclenche toujours. Si j’avais le bonheur de m’en tirer je pourrais vous raconter quelque chose. Tentons d’avoir patience et courage et que (?)… la fin que le bon printemps nous préservera continuellement ( ?)… sain et sauf vous embrasser dans mes bras [...] PRIEZ POUR MOI ! " (21 mai 1917)

[center]

Extrait du JMO du 140° RI :
"[i]22 mai 1917 - Au cours de la nuit assez grande activité des deux artilleries. L'aviation est trés active de part et d'autres dans la matinée.
Réception de l'ordre d'attaque n°24.
Mission : Enlever la tranchée Sud de la Grotte du Dragon et s'y installer.
Effectif : 1 peloton de la 9° Cie, agissant en liaison avec le 75° RI.
La préparation du coup de main par 2 pièces de 58 n'a pas permis d'effectuer les destructions nécessaires. Le tir a d'ailleurs désorganisé notre tranchée de 1ère ligne et nous a occasionné des pertes
".

Ainsi, parmi la liste des pertes de ce jour, la 7° Cie du 140°RI déplore un blessé (Louis Antoine MAGNE) et un mort (André ORSONI).[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: e   Mar 20 Oct - 19:18

beaucoup d'émotion à la lecture de ces lettres que je m'efforce de déchiffrer. Difficilement, parce qu'elles ont été écrites au crayon, sur des bouts de papier, dans des conditions que nous avons du mal à imaginer aujourd'hui...

La première carte postale date de juin 1916 (il est indiqué côte 304 Verdun), mais il semble que l'échange de correspondance se soit intensifiée au début de 1917, jusqu'à ce 21 mai...

Effectivement, au travers de ses lettres, on sent le peu d'espoir qu'André avait de survivre, mais on mesure aussi le dénuement extrême - tant moral que matériel - dans lequel se trouvaient tous les hommes à ses côtés.

Dans ses lettres, André sollicitait aussi bien l'aide de Dieu Tout Puissant, que l'envoi de papier, d'enveloppes et de crayon pour pouvoir écrire... Pas d'argent, car les terres qu'il traverse sont tellement dévastées qu'il n'y a plus rien à vendre, ni à acheter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
 
lettres d'un poilu du 140e RI, mort pour la France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Mort pour un dollar (Dollar for the Dead) Gene Quintano - 1998
» La peine de mort : pour ou contre ?
» Police de lettres
» Mort au champ d'honneur.
» Un Mort pour un dollar:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire de soldats-
Sauter vers: