histoirémilitaria2

attention, ce forum est inactif, il permet juste de visualiser et de sauvegarder les dossiers à thèmes faits par nos membres sur le forum actif suivanthttp://lagrandeguerre.cultureforum.net/index.htm
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Empire Allemand de 1914.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: L'Empire Allemand de 1914.   Lun 12 Jan - 2:02

post de médaille59


Voici une petite partie historique pure donc : elle concerne l'organisation de l'Empire Allemand en 1914, avec des petits historiques de chaques États (assez simplifiés tout de même, mais complet !) élaboré avec l'aide de mon paternel, professeur d'Histoire...

Liste des États composant l'empire Allemand de 1914 (par ordre de préséance) :

4 Royaumes :
- ROYAUME DE PRUSSE
- ROYAUME DE BAVIÈRE
- ROYAUME DE SAXE
- ROYAUME DE WURTEMBERG

6 grands duchés :
- GRAND DUCHÉ DE BADE
- GRAND DUCHÉ DE HESSE (ou HESSE-DARMSTADT)
- GRAND DUCHÉ DE MECKLEMBOURG-SCHWERIN
- GRAND DUCHÉ DE MECKLEMBOURG-STRELITZ
- GRAND DUCHÉ DE SAXE-WEIMAR (ou SAXE-WEIMAR-EISENACH)
- GRAND DUCHÉ D'OLDENBOURG

5 duchés :
- DUCHÉ DE BRUNSWICK
- DUCHÉ DE SAXE-MEININGEN (ou SAXE-MEININGEN-HILDBOURGHAUSEN)
- DUCHÉ DE SAXE-ALTENBOURG
- DUCHÉ DE SAXE-COBOURG-ET-GOTHA
- DUCHÉ D'ANHALT

7 principautés :
- PRINCIPAUTÉ DE SCHWARZBOURG-SONDERSHAUSEN
- PRINCIPAUTÉ DE SCHWARZBOUR-RUDOLSTADT
- PRINCIPAUTÉ DE WALDECK-ET-PYRMONT
- PRINCIPAUTÉ DE REUSS-Branche aînée (ou REUSS ZU GREIZ, ou REUSS ÄLTERE LINIE)
- PRINCIPAUTÉ DE REUSS-Branche cadette (ou REUSS ZU GERA, ou REUSS JUNGERE LINIE)
- PRINCIPAUTÉ DE LIPPE-DETMOLD
- PRINCIPAUTÉDE SCHAUMBOURG-LIPPE

3 villes libres :
- BRÊME
- HAMBOURG
- LÜBECK

1 territoire d'empire :
- ALSACE-LORRAINE


En route pour un petit historique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:03

L’empire allemand en 1914 est un territoire de 540 857 km², comptant au recensement de 1910 64 926 000 habitants. C’est une confédération groupant vingt-cinq États, soit par ordre de préséance : quatre royaumes (Prusse, Bavière, Saxe, Wurtemberg), six grands-duchés (Bade, Hesse-Darmstadt, Mecklembourg-Schwerin, Mecklembourg-Strelitz, Saxe-Weimar-Eisenach, Oldenbourg), cinq duchés (Brunswick, Saxe-Meiningen, Saxe-Altenbourg, Saxe-Cobourg-et-Gotha, Anhalt), sept principautés (Schwarzbourg-Rudolstadt, Schwarzbourg-Sonderhausen, Waldeck-et-Pyrmont, Reuss branche aînée, Reuss branche cadette, Lippe-Detmold, Schaumbourg-Lippe), trois villes libres ( Brême, Hambourg, Lübeck) et un territoire d’Empire (l’Alsace-Lorraine, sous administration directe de l’Empire). Les domaines de compétence sont différents selon les États concernés : les royaumes de Bavière, de Wurtemberg et les grands-duchés de Bade, de Hesse-Darmstadt bénéficient de plus d’autonomie que les autres États. Celui qui a le moins d’autonomie est la principauté de Waldeck-et-Pyrmont, dont les finances dépendent de la Prusse.
Pays récent (il est né en janvier 1871, à la suite de la guerre avec la France), le Reich est gouverné en 1914 par Guillaume II de Hohenzollern, roi de Prusse et empereur allemand depuis 1888 (on prendra garde au fait que toutes les dates mentionnées pour les souverains, sauf exception, sont les dates de règne).

La diplomatie, l’administration des douanes, celle des postes et la gestion de l’armée en temps de guerre restent sous la responsabilité de l’empereur. Les autres souverains sont maîtres de leur armée (en temps de paix), de certaines parties de l’administration, du culte etc. L’organisation politique des États est très variable : on trouve des monarchies quasi absolues (Mecklembourg…), des monarchies parlementaires (Bade, Wurtemberg ou Bavière…), des monarchies autoritaires avec système électoral (Prusse…) et des républiques (Brême, Hambourg et Lübeck). Le tout sous la direction de l’Empereur et du Parlement, composé de deux Chambres (Reichstag et Bundesrat). La capitale de l’Empire est Berlin (également capitale de la Prusse) : on y trouve la chancellerie impériale (gouvernement), le Bundesrat (assemblée des États) et le Reichstag (parlement d’Allemagne).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:03

ROYAUME DE PRUSSE
Königreich Preußen

En 1700, Frédéric III de Hohenzollern, prince-électeur de Brandebourg (1688-1713), reçut de l’Empereur du Saint Empire romain germanique Léopold Ier (1658-1705) la permission de s’appeler roi dans la partie de ses États en dehors de l’Empire. Il devint ainsi « roi en Prusse » à partir de 1701, sous le nom de Frédéric Ier. Son petit-fils Frédéric II le Grand (1740-1786) prit le titre de « roi de Prusse » en 1772. En juin 1815, la Prusse entra dans la Confédération germanique, avant de réaliser l’unité allemande par la guerre contre l’Autriche (1866) et la guerre franco-prussienne (1870-1871).

Au recensement de 1910, la Prusse compte 40 165 219 habitants pour 348 780 km². Sa capitale est Berlin (2 071 257 hab., la ville la plus peuplée de la Prusse et du Reich). C’est de loin l’État le plus vaste de l’Empire, divisé en douze provinces (Provinzen : Brandebourg, Hanovre, Hesse-Nassau, Poméranie, Posnanie, Prusse-Occidentale, Prusse Orientale, Rhénanie-Hohenzollern, Saxe-Prussienne, Silésie, Schleswig-Holstein, Westphalie) et un canton urbain (Stadtkreis : Berlin). Son souverain depuis 1888 est Guillaume II, également empereur allemand. Il abdique le 9 novembre 1918.

Titulature de Guillaume II : Guillaume II, Frédéric-Guillaume, Victor, Albert de Hohenzollern, empereur allemand, roi de Prusse, margrave au Brandebourg, burgrave à Nuremberg, comte à Hohenzollern, souverain et supérieur duc de Silésie comme du duché de Glatz, grand-duc de Basse-Rhénanie et de Posen, duc en Saxe, Westphalie et Engern, Poméranie, Lunebourg, Holstein et Schleswig, Magdebourg, Brême, Gueldre, Clèves, Juliers et Berg, comme des Wendes et des Cassubes, duc à Crossen, Lauenbourg, Mecklembourg, landgrave en Hesse et Thuringe, margrave d’Ober et Niederlausitz, prince d’Orange, prince à Rügen, en Frise orientale, à Paderborn et Pyrmont, à Halberstadt, Munster, Minden, Osnabruck, Hildesheim, à Verden, Kammin, Fulda, Nassau et Mörs, comte princier à Henneberg, comte de la Marche et à Ravensberg, à Hohenstein, Tecklenbourg et Lingen, à Mansfeld, Sigmaringen et Veringen, seigneur de Francfort, Majesté impériale et royale,né le 27 janvier 1859, décédé le 5 juin 1941,empereur allemand et roi de Prusse du 15 juin 1888 au 9 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:04

ROYAUME DE BAVIÈRE
Königreich Bayern

La Bavière, État de l’Allemagne du Sud alors allié de la France, fut promue au rang de royaume le 1er janvier 1806 par Napoléon Ier : à cette occasion, le grand électeur Maximilien Ier Joseph de Wittelsbach devint le premier roi de Bavière (1806-1825). Celle-ci entra dans la Confédération du Rhin lors de sa création par la France en juillet 1806 et en sortit en octobre 1813 pour rallier les ennemis de l’Empereur. Elle fit partie en juin 1815 de la Confédération germanique.
Elle combattit la Prusse lors de la guerre de 1866. Elle entra très tardivement dans la Confédération de l’Allemagne du Nord (comme vingt-quatrième et avant-dernier membre), le 23 novembre 1870, lors de la guerre contre la France.
Au recensement de 1910, la Bavière compte 6 887 291 habitants pour 75 870 km². Sa capitale est Munich (596 467 hab.). Le royaume comprend huit départements (Regierungsbezirke : Haute-Bavière, Basse-Bavière, Haut-Palatinat, Haute-Franconie, Moyenne-Franconie, Basse-Franconie, Souabe, Palatinat du Rhin, ce dernier territoire séparé du reste de la Bavière par la Hesse-Darmstadt et la Bade). En 1914, le souverain est Louis III, roi de Bavière depuis 1913. Il abdique le 7 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:04

ROYAUME DE SAXE
Königreich Sachsen

Le royaume de Saxe tire son origine du troisième duché de Saxe fondé en 1423 au profit de Frédéric Ier, comte palatin et électeur de Saxe (1423-1428). En 1485, ses deux petits-fils se partagèrent ses États : de la première branche naquirent les divers duchés saxons, tandis que la seconde conserva le titre électoral. Le prince-électeur Frédéric-Auguste III (1763-1806) fut vaincu avec les Prussiens à Iéna (octobre 1806). La Saxe dut alors entrer dans la Confédération du Rhin (décembre 1806), Frédéric-Auguste III y gagnant le titre de roi de Saxe (Frédéric-Auguste Ier, 1806-1827). A nouveau vaincue en 1813, la Saxe subit une occupation russe puis prussienne. Lors du Congrès de Vienne (1814-1815), Frédéric-Auguste Ier conserva son titre royal, mais perdit la moitié nord du territoire saxon au profit de la Prusse. Le royaume de Saxe entra dans la Confédération germanique créée en juin 1815. Il combattit la Prusse aux côtés de l’Autriche lors de la guerre de 1866. Vaincu à nouveau, il fut contraint d’entrer comme vingt-deuxième État dans la Confédération d’Allemagne du Nord le 21 octobre 1866.
Au recensement de 1910, le royaume de Saxe est peuplé de 4 806 661 habitants pour une superficie de 14 993 km². C’est l’État le plus densément peuplé de l’empire allemand. Sa capitale est Dresde (548 308 hab.). La Saxe comprend 5 départements (Kreishauptmannschaften : Dresde, Bautzen, Chemnitz, Leipzig, et Zwickau). En 1914, son souverain est depuis 1904 le roi Frédéric-Auguste III. Il abdique le 13 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:04

ROYAUME DU WURTEMBERG
Königreich Württemberg

Après avoir été une seigneurie jusqu’au XIIème siècle, le Wurtemberg, État de l’Allemagne du Sud, devint un comté en 1143, puis un duché en 1495. Ayant perdu ses territoires à l’ouest du Rhin lors des guerres révolutionnaires, le duché devint l’allié de la France lors de la 3ème coalition (1804-1805) et fut érigé en royaume par Napoléon Ier le 26 décembre 1805. Le duc Frédéric II (1797-1806) devint ainsi le 1er janvier suivant le roi Frédéric Ier (1806-1816). Le nouveau royaume entra en juillet 1806 dans la Confédération du Rhin et la quitta après la bataille de Leipzig (octobre 1813). En juin 1815, il entra dans la Confédération germanique, puis combattit la Prusse pendant la guerre austro-prussienne de 1866.
Ce fut le vingt-cinquième et dernier État allemand à entrer dans la Confédération de l’Allemagne du Nord, le 25 novembre 1870, en pleine guerre contre la France : les conditions étaient dès lors réunies pour permettre la transformation de la Confédération en Empire allemand. Celui-ci fut proclamé le 18 janvier 1871 dans la Galerie des Glaces du château de Versailles.
Au recensement de 1910, le Wurtemberg compte 2 437 574 habitants pour une superficie de 19 507 km². Sa capitale est Stuttgart (286 218 hab.) et il est divisé en quatre cantons (Kreise : Danube, Forêt Noire, Jagst, Neckar). Son souverain est alors, depuis 1891, le roi Guillaume II. Ce dernier abdique le 29 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:04

GRAND-DUCHÉ DE BADE
Großherzogtum Baden

La Bade correspond à une partie de l’ancien duché de Souabe, est érigé en margraviat de Bade au XIème siècle par Hermann de Zähringen, puis morcelé à plusieurs reprises (d’abord en trois du XIIème siècle jusqu’en 1503, puis en deux de 1527 à 1771). L’extinction de la branche de Bade-Bade en 1771 permet à Charles Ier Frédéric de Bade-Durlach de réunir les deux margraviats de Bade. Margrave depuis 1748, celui-ci devient en 1803 prince-électeur de Bade. La Révolution lui fait perdre ses territoires sur la rive gauche du Rhin, mais, allié de la France lors de la 3ème coalition (1804-1805), Charles Ier Frédéric devient grand-duc de Bade (1806-1811) lors de la création de la Confédération du Rhin en juillet 1806. En 1815, le grand-duché entra dans la Confédération germanique.
La Bade se rangea aux côtés de l’Autriche dans la guerre de 1866. Ce fut le vingt-troisième État à entrer dans la Confédération d’Allemagne du Nord, le 15 novembre 1870, en pleine guerre contre la France. L’adhésion de la Bade devait entraîner celle des derniers États allemands encore en dehors de la Confédération (Hesse le même jour, puis Bavière et Wurtemberg les 23 et 25 novembre suivants).
Au recensement de 1910, la Bade compte 2 142 833 habitants pour 15 070 km². Sa capitale est Karlsruhe (134 313 hab.). Le grand-duché est divisé en 4 circonscriptions (Landeskommissariats-bezirke : Karlsruhe, Constance, Fribourg, et Mannheim). Au début de la guerre, le souverain est, depuis 1907, le grand-duc Frédéric II. Il abdique le 22 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:05

GRAND-DUCHÉ DE HESSE-DARMSTADT
Großherzogtum Hessen-Darmstadt

Le landgraviat de Hesse-Darmstadt, dans l’Allemagne moyenne, apparut lorsque les possessions du landgrave de Hesse Philippe Ier le Magnanime (1514-1567) furent divisées à sa mort en cinq parties, dont deux seulement (Hesse-Cassel et Hesse-Darmstadt) ont été durables. La première, devenue Hesse électorale en 1803, partagée en 1806 entre le royaume de Westphalie et le grand-duché de Francfort, fut reconstituée en 1813, mais disparut en 1866, vaincue et annexée par la Prusse.
Pour la seconde, avec la disparition du Saint Empire romain germanique en 1806, le landgrave de Hesse-Darmstadt Louis X (1790-1806), prince électeur, se vit octroyer par Napoléon des territoires supplémentaires en Rhénanie et le titre de Louis Ier, grand-duc de Hesse et du Rhin (1806-1830).
Après avoir fait partie de la Confédération du Rhin (1806), la Hesse entra en guerre en contre la France en 1813. Elle perdit ses territoires rhénans au Congrès de Vienne et entra en 1815 dans la Confédération germanique sous le nom de Hesse-Darmstadt. Aux côtés de l’Autriche lors de la guerre de 1866 et vaincue, elle dut céder des territoires à la Prusse, mais récupéra une partie de la Hesse électorale. L’entrée de la Hesse-Darmstadt dans la Confédération d’Allemagne du Nord se fit en deux temps : d’abord le 3 septembre 1866, pour la province de Hesse-Supérieure située au nord du Main ; puis le 15 novembre 1870, en pleine guerre contre la France et même temps que la Bade, pour les autres territoires hessois.

Le grand-duché a en 1914 une superficie de 7 688 km² et une population de 1 282 051 habitants (recensement de 1910). Sa capitale est Darmstadt (87 089 hab.). Son territoire est divisé en deux parties et comprend trois provinces (Provinzen : Hesse-Rhénane, Hesse-Supérieure, Starkenbourg) avec quelques enclaves minuscules dispersées en Prusse et en Bade. Son souverain est Ernest-Louis de Hesse depuis 1892. Ce dernier abdique le 12 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:05

GRAND-DUCHÉ DE MECKLEMBOURG-SCHWERIN
Großherzogtum Mecklenburg-Schwerin

Le Mecklembourg est formé de deux duchés de l’Allemagne du Nord, partagés entre deux branches de la même famille à partir du XVIIème siècle. C’est au traité de Hambourg (1701) qu’apparurent le Mecklembourg-Schwerin et le Mecklembourg-Strelitz.
En mars 1808, le Mecklembourg-Schwerin entra dans la Confédération du Rhin, puis combattit Napoléon Ier à partir de 1813. Au congrès de Vienne (1814-1815), le duché devint un grand-duché et entra dans la Confédération germanique en juillet 1815.
Le grand-duc Frédéric-François II (1842-1883) se rangea aux côtés de la Prusse lors de la guerre de 1866 contre l’Autriche. Après celle-ci, le grand-duché intégra la Confédération de l’Allemagne du Nord, comme dix-septième membre, le 21 août 1866, en même temps que le grand-duché voisin de Mecklembourg-Strelitz.
Le Mecklembourg-Schwerin est le plus grand des deux grands-duchés mecklembourgeois (13 127 km² et 639 958 habitants au recensement de 1910). Il est d’un seul bloc, à part quelques petites enclaves en Prusse et une dans le Mecklembourg-Strelitz voisin. Le grand-duché est divisé en douze districts (Aushebungsbezirke : Doberan Grevesmühlen, Güstrow, Hagenow, Ludwigshut, Malchin, Parchim, Ribnitz, Rostock, Schwerin, Waren, Wismar) qui se superposent à une structure restée féodale et groupant quarante-deux villes (Städte), vingt-trois bailliages domaniaux (Domanialämter), vingt-trois bailliages chevaleresques (Ritterschaftliche Ämter) et quatre bailliages monastiques (Klosterämter). Sa capitale est Schwerin (42 519 hab.). Son souverain est depuis 1897 Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin. Le grand-duc abdique le 13 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:05

Sujet: Re: L'empire Allemand de 1914.* Lun 24 Nov 2008 - 7:12

--------------------------------------------------------------------------------

GRAND-DUCHÉ DE MECKLEMBOURG-STRELITZ
Großherzogtum Mecklenburg-Strelitz

Le Mecklembourg est formé de deux duchés de l’Allemagne du Nord, partagés entre deux branches de la même famille à partir du XVIIème siècle. C’est au traité de Hambourg (1701) qu’apparurent le Mecklembourg-Schwerin et le Mecklembourg-Strelitz.
En 1808, le Mecklembourg-Strelitz entra, comme son voisin le Mecklembourg-Schwerin, dans la Confédération du Rhin, puis combattit Napoléon Ier à partir de 1813. Au congrès de Vienne (1814-1815), il devint, comme le Mecklembourg-Schwerin, un grand-duché et entra dans la Confédération germanique en juillet 1815.
Le grand-duc Frédéric-Guillaume (1860-1904) se rangea aux côtés de la Prusse dans la guerre de 1866 contre l’Autriche, mais de façon tellement hésitante que ses troupes ne participèrent pas aux combats. Le grand-duché intégra ensuite la Confédération de l’Allemagne du Nord en même temps que le Mecklembourg-Schwerin voisin, comme dix-huitième membre, le 21 août 1866.
Le grand-duché de Mecklembourg-Strelitz est beaucoup plus petit et moins peuplé que celui de Mecklembourg-Schwerin (2 930 km² et 106 442 habitants au recensement de 1910). Il est partagé en deux parties séparées par son voisin : le duché de Strelitz à l’est et la principauté de Ratzebourg à l’ouest. Il comprend également quelques enclaves en Prusse ou dans le Mecklembourg-Schwerin. Le grand duché est divisé en trois districts (Aushebungsbezirke : Neu-Strelitz, Nouveau-Brandebourg et Schönberg — principauté de Ratzebourg — ) qui se superposent à la même structure féodale que son voisin le Mecklembourg-Schwerin, avec quatre bailliages domaniaux (Domanialämter), trois bailliages chevaleresques (Ritterschaftliche Ämter) et trois autres bailliages (sonstige Ämter). Sa capitale est Neu-Strelitz (11 993 hab.).
Le grand-duché est depuis le 11 juin 1914 gouverné par Adolphe-Frédéric VI de Mecklembourg-Strelitz, qui se suicide le 23 février 1918. Cette mort sans descendance ouvrit une crise de succession. La couronne devait revenir à son cousin Charles-Michel de Mecklembourg-Strelitz, mais celui-ci avait renoncé à ses droits en 1914, puis avait suspendu sa décision. Le grand-duc décédé avait désigné comme successeur par testament son cousin Christian-Louis de Mecklembourg-Schwerin, né en 1912. En attendant de régler la situation, son père le grand-duc Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin assura la régence jusqu’à la chute de l’empire allemand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:06

GRAND-DUCHÉ DE SAXE-WEIMAR-EISENACH
Großherzogtum Sachsen-Weimar-Eisenach

Le duché de Saxe-Weimar, dont les titulaires sont chefs de la branche ernestine de la maison de Saxe, est un des États de Thuringe. Il a été constitué en 1485, lors du partage de leurs possessions que firent le prince-électeur Ernest de Saxe et son frère le duc Albert III de Saxe.
Le duché de Saxe-Weimar devint en 1728 duché de Saxe-Weimar-Eisenach, dont le premier titulaire fut Ernest-Auguste Ier (1728-1748). Le duché entra en décembre 1806 dans la Confédération du Rhin. S’étant associé aux Alliés contre la France en 1813, le duc Charles-Auguste (1758-1815) reçut en récompense lors du congrès de Vienne (1814-1815) un certain nombre de territoires aux dépens de la Saxe et de la Hesse, ainsi que le titre de grand-duc (1815-1828). Le nouveau grand-duché entra dans la Confédération germanique créée en juillet 1815.
Lors de la guerre austro-prussienne de 1866, le grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach fit partie des rares États neutres, ce qui ne l’empêcha pas de rallier le camp prussien après la bataille de Sadowa (juillet 1866) et de faire ensuite partie des seize premiers États qui fondèrent la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 18 août 1866.
Ce petit État (3 610 km²) compte 417 149 habitants au recensement de 1910. Il rassemble (en onze territoires distincts !) le duché de Saxe-Weimar, le duché de Saxe-Eisenach, une partie du comté d’Henneberg, l’évêché de Fulda et les territoires de Neustadt, Blankenheim et Cranach. Ces territoires sont divisés en cinq districts (Verwaltungsbezirke : Weimar, Apolda, Eisenach, Dermbach, Neustadt). La capitale du grand-duché est Weimar (34 582 hab.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:06

GRAND-DUCHÉ D’OLDENBOURG
Großherzogtum Oldenburg

Possession danoise de l’Allemagne du Nord, l’Oldenbourg fut échangée en 1768 contre le Holstein. En 1774, l’Empereur Joseph II fit de l’Oldenbourg un duché. Il fut intégré en 1808 dans la Confédération du Rhin, puis annexé par la France en décembre 1810 pour former le département des Bouches-du-Weser (préfecture : Brême). Le duché d’Oldenbourg redevint indépendant après la perte de l’Allemagne par Napoléon Ier (1813). Le congrès de Vienne (1814-1815) en fit un grand-duché qui entra en 1815 dans la Confédération germanique. Après la guerre des duchés (1864), l’Oldenbourg tomba sous l’influence de la Prusse. Allié de cette dernière lors de la guerre de 1866, il fit partie des seize États fondateurs de la Confédération d’Allemagne du Nord, le 18 août 1866.
Formé de trois territoires éloignés les uns des autres (grand-duché d’Oldenbourg, principauté de Lübeck, principauté de Birkenfeld au sud), le grand-duché doit son nom à sa capitale, Oldenbourg (30 242 hab.). Il compte 483 042 habitants au recensement de 1910, pour une superficie de 6 429 km². Les deux principautés forment une seule circonscription, alors que le territoire d’Oldenbourg est divisé entre quatre villes (Städte : Jever, Delmenhorst, Oldenbourg, Varel) et treize bailliages (Ämter : Brake, Butjadingen, Cloppenburg, Delmenhorst, Elsfleth, Friesoythe, Jever, Oldenburg, Rüstringen, Varel, Vechta, Westerstede, Wildenhausen).
On remarquera que le drapeau national reprend la croix scandinave que l’on retrouve sur les drapeaux du Danemark, de la Suède et de la Norvège (puis, plus tard, sur ceux de la Finlande en 1918 et sur celui de l’Islande en 1944), en souvenir des liens entre l’Oldenbourg et le Danemark.
Le souverain du grand-duché est, depuis 1900, le grand-duc Frédéric-Auguste II. Il abdique le 11 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:06

DUCHÉ DE BRUNSWICK
Herzogtum Braunschweig


La famille de Brunswick comportait depuis le XVIème siècle deux branches. La branche aînée (Brunswick-Wolfenbüttel) gouvernait le Brunswick. Incorporé par Napoléon Ier au royaume de Westphalie créé pour Jérôme Bonaparte en 1807, le Brunswick retrouva son indépendance en 1813. Il entra dans la Confédération germanique en 1815. Lors de la guerre de 1866 entre l’Autriche et la Prusse, le Brunswick fut d’abord neutre ; il se rangea ensuite aux côtés de la Prusse, mais ses troupes ne participèrent pas aux combats. Il fit partie ensuite des seize États fondateurs de la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 18 août 1866. Cette branche aînée s’éteignit en 1884.
La branche cadette (Brunswick-Lunebourg) vit le duc Ernest-Auguste Ier (1678-1692) être promu au rang de prince-électeur de Hanovre en 1692. Son petit-fils Georges Ier (1698-1727) devint roi de Grande-Bretagne en 1714. Le Hanovre intégra en 1810 la Confédération du Rhin et perdit alors la moitié de ses territoires au profit du royaume de Westphalie. Reconstitué en 1813, il redevint en 1815 un royaume et entra alors dans la Confédération germanique. Il se sépara de la Grande-Bretagne en 1837 lorsque Victoria devint reine, le Hanovre n’acceptant pas la succession par les femmes.
Allié de l’Autriche pendant la guerre de 1866, le Hanovre fut vaincu, annexé par la Prusse et son roi partit en exil. Après l’extinction de la branche aînée de la famille de Brunswick en 1884, Bismarck n’accepta pas que l’ancien roi de Hanovre Georges V (1851-1866) devînt par héritage duc de Brunswick. Le duché fut alors administré par un conseil de régence (1884-1885 et 1906-1907) ou par des régents (le prince Albert de Prusse de 1885 à 1906 ; Jean-Albert, duc à Mecklembourg, de 1907 à 1913). Il fallut le mariage de la fille de l’empereur Guillaume II en novembre 1913 avec le petit-fils de l’ex-roi Georges V, Ernest-Auguste, pour voir ce dernier devenir duc de Brunswick.

Le duché de Brunswick, situé entre les provinces prussiennes de Westphalie, de Hanovre et de Saxe prussienne, est peuplé en 1910 de 494 430 habitants pour une superficie de 3 672 km². Sa capitale est Brunswick (143 552 hab.). Son territoire comprend six cantons (Kreise : Brunswick, Blankenbourg, Gandersheim, Helmstedt, Holzminden et Wolfenbüttel). Ils sont regroupés en deux parties principales et sept enclaves. En 1914, le duc de Brunswick est, depuis 1913, Ernest-Auguste III. Celui-ci est privé de ses titres britanniques par le Title Deprivation Act du 8 novembre 1917 (approuvé par le roi George V seulement le 28 mars 1919 !). Auparavant, il avait abdiqué le 8 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:07

DUCHÉ DE SAXE-MEININGEN-HILDBOURGHAUSEN
Herzogtum Sachsen-Meiningen-Hildburghausen


Le duché de Saxe-Meiningen (un des États de Thuringe) fut constitué en 1680 en faveur de Bernard Ier (1649-1706), troisième fils du duc Ernest Ier de Saxe-Gotha (1640-1674). En 1807, le duché entra dans la confédération du Rhin créée par Napoléon Ier, avant de retrouver son indépendance en 1813. Le duché devint en 1815 membre de la Confédération germanique. En 1825, à la mort sans héritier de Frédéric IV de Saxe-Gotha-Altenbourg (1822-1825), Bernard II de Saxe-Meiningen (1803-1866) recueillit une partie du duché de Saxe-Hildbourghausen et le duché de Saxe-Saalfeld. Il prit alors le titre de duc de Saxe-Meiningen-Hildbourghausen.
Lors de la guerre de 1866 entre l’Autriche et la Prusse, le duché se rangea aux côtés de l’Autriche, mais ses troupes ne combattirent pas. Meiningen fut cependant occupé par les troupes prussiennes et le duc dut abdiquer. Son fils le duc Georges II (1866-1914) signa la paix avec la Prusse le 8 octobre 1866 et fut obligé à cette occasion d’entrer dans la Confédération de l’Allemagne du Nord.

Le duché de Saxe-Meiningen-Hildbourghausen a une superficie de 2 464 km² et une population de 278 260 habitants (recensements de 1910). Sa capitale est Meiningen (17 131 hab.). Son territoire est divisé en quatre cantons (Kreise : Meiningen, Hildbourghausen, Saalfeld et Sonneberg), regroupés en un territoire principal au sud de la Thuringe et neuf enclaves dont certaines sont minuscules. Le drapeau national reprend les couleurs de celui du royaume de Saxe. En 1914, le duc est Bernard III, issu du premier rameau de la maison de Saxe-Gotha. Il abdique le 9 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:07

DUCHÉ DE SAXE-ALTENBOURG
Herzogtum Sachsen-Altenburg


Le duché de Saxe-Altenbourg, également en Thuringe, fut créé à partir du duché de Saxe-Hildbourghausen, fondé en 1680 pour le sixième fils du duc Ernest Ier de Saxe-Gotha (1640-1674). De 1807 à 1813, le duché fit partie de la Confédération du Rhin créée par Napoléon Ier en 1806. Il devint en 1815 membre de la Confédération germanique. En 1825, après l’extinction de la maison de Saxe-Gotha-Altenbourg, Frédéric de Saxe-Hildbourghausen (1780-1826) reconstitua le duché de Saxe-Altenbourg et en devint duc (1826-1834), abandonnant une partie de son ancien duché au duc Bernard II de Saxe-Meiningen-Hildbourghausen (1825-1866).
Le duché de Saxe-Altenbourg fut allié de la Prusse lors de la guerre de 1866 contre l’Autriche. Il fit ensuite partie des seize premiers États qui signèrent le 18 août 1866 le traité fondant la Confédération de l’Allemagne du Nord.

Le duché de Saxe-Altenbourg a une superficie de 1 324 km² et une population de 216 130 habitants en 1910. Il tire son nom de sa capitale, Altenbourg (39 976 hab.). Le duché, divisé en trois parties, est constitué de deux cantons (Kreise), séparés par la principauté de Reuss zu Gera. Ils sont divisés en une ville (Stadt : Altenbourg), et trois bailliages (Lanndratämter : Roda, Altenbourg et Ronnebourg). Le duc appartient à la deuxième branche de la famille de Saxe-Gotha. Il s’agit, depuis 1908, d’Ernest II de Saxe-Altenbourg. Il abdique le 13 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:08

DUCHÉ DE SAXE-COBOURG-ET-GOTHA
Herzogtum Saxe-Coburg-und-Gotha


Le duché de Saxe-Cobourg, le dernier des duchés saxons de Thuringe, fut constitué pour la première fois au XVIème siècle, au profit de Jean-Ernest, quatrième fils de l’Électeur Jean Ier de Saxe (1532-1554). Après des regroupements divers et des héritages, le duché de Saxe-Cobourg fut réuni en 1714 à celui de Saxe-Saalfeld au profit du duc de Saxe-Saalfeld Jean-Ernest (1680-1714), qui prit alors le titre de duc de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1714-1729). Le duché fit partie de la Confédération du Rhin entre 1807 et 1813. Il intégra la Confédération germanique en 1815.
Après l’extinction des Saxe-Gotha-Altenbourg en 1825, Ernest Ier de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1806-1826) abandonna la Saxe-Saalfeld à Bernard II de Saxe-Meiningen-Hildbourghausen (1825-1866) et adopta le titre de duc de Saxe-Cobourg-et-Gotha (1826-1844). En 1840, son second fils, Albert, épousa sa cousine la reine Victoria (1837-1901). Lors de la guerre de 1866, le duché se rangea aux côtés de la Prusse, puis entra le 18 août 1866 dans la Confédération de l’Allemagne du Nord. A la mort sans postérité masculine du duc Ernest II en 1893, le titre de duc de Saxe-Cobourg-et-Gotha passa à la branche britannique de la famille : d’abord au neveu d’Ernest II, puis au neveu de ce dernier.

Le duché a une superficie de 1 977 km², pour une population de 257 180 habitants en 1910. Il comprend deux parties principales, Cobourg et Gotha, ainsi que neuf enclaves plus petites. Le tout est divisé en deux territoires : Cobourg comprend quatre villes (Städte : Cobourg, Königsberg-in-Franken, Neustadt-in-Coburg et Rodach) et un bailliage (Landratamt : Cobourg) ; Gotha, trois villes (Städte : Gotha, Ohrdruf et Walterhausen) et un bailliage (Landratamt : Gotha). Les ducs résident alternativement dans la capitale, Gotha (34 651 hab.) et en été à Cobourg (20 460 hab.).
Le souverain appartient au troisième rameau de la maison de Saxe, branche de Gotha, dans sa partie britannique (d’où le blason des ducs d’Albany en canton sur l’étendard ducal reprenant les armes de Saxe). C’est, depuis 1900, Charles-Édouard, un des nombreux petits-fils de la reine Victoria (1837-1901). Il est privé de ses titres britanniques par le Title Deprivation Act du 8 novembre 1917 (approuvé par le roi George V seulement le 28 mars 1919 !). Auparavant, il avait abdiqué le 14 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:08

DUCHÉ D’ANHALT
Herzogtum Anhalt


La principauté d’Anhalt apparut lors des partages en 1170 et 1212 des possessions de la maison d’Ascanie. Au XVIème siècle, l’Anhalt fut à de nouveau divisé entre les branches d’Anhalt-Zerbst, Anhalt-Köthen, Anhalt-Bernbourg et Anhalt-Dessau. La première s’éteignit en 1793. Les souverains des trois autres reçurent en 1806 le titre de duc, accordé par Napoléon Ier, prélude à une entrée dans la Confédération du Rhin l’année suivante. Les duchés d’Anhalt-Köthen, Anhalt-Bernbourg et Anhalt-Dessau intégrèrent en 1815 la Confédération germanique. A la mort du dernier duc d’Anhalt-Köthen, Henri (1830-1847), ses territoires furent partagés entre les deux autres duchés. Le duc d’Anhalt-Dessau Léopold IV Frédéric (1817-1853) prit en 1853 le titre de duc d’Anhalt-Dessau-Köthen (1853-1863) avant de recueillir en 1863 l’héritage du duc Alexandre-Charles d’Anhalt-Bernbourg (1834-1863) et de réunir toutes les terres d’Anhalt. Il prit alors le titre de duc d’Anhalt (1863-1871).
En 1866, le duché d’Anhalt se rangea dans le camp prussien lors de la guerre contre l’Autriche et ses troupes firent partie des réserves. Le duché fut un des seize premiers États à fonder la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 18 août 1866.
Le duché d’Anhalt, voisin du Brunswick et enclavé dans la Saxe prussienne, est composé de deux parties principales, l’Anhalt oriental (la plus importante) et l’Anhalt occidental (Haut-Anhalt), auxquelles il faut ajouter 5 enclaves plus petites. Le tout est divisé en 5 cantons (Kreise : Dessau, Ballenstedt, Bernbourg, Köthen et Zerbst). Le duché a une superficie de 2 299 km² pour une population de 331 130 habitants en 1910. Sa capitale est Dessau (56 605 hab.).
Il est dirigé en 1914 par le duc Léopold-Frédéric II depuis 1904.
1918 est pour le duché l’année des trois ducs : Léopold-Frédéric II meurt le 21 avril 1918, son frère Édouard lui succède alors à la tête de l’État. Ce dernier décédant à son tour le 13 septembre 1918, c’est son fils Joachim-Ernest qui devient duc à 17 ans, sous la régence de son oncle le prince Aribert d’Anhalt. Ce dernier abdique au nom de son neveu le 12 novembre 1918 .


NB : Arrêté par les nazis, le dernier duc d’Anhalt fut déporté en 1944 à Dachau. Libéré, puis arrêté par le NKVD et emprisonné à nouveau par les Soviétiques, il mourut au camp spécial n°2 de Buchenwald en février 1947, à 45 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:08

PRINCIPAUTÉS DE SCHWARZBOURG

La maison de Schwarzbourg apparaît au XIème siècle et doit son nom à un château (Burg) dominant la vallée de la Schwarza, en Thuringe. A partir du XIIIème siècle, une politique habile permit aux comtes de Schwarzbourg d’augmenter leurs territoires et d’obtenir la dignité de Grand Écuyer du Saint-Empire, puis le titre princier. Les deux principautés furent gouvernées par deux branches de la même famille. L’extinction de la branche aînée (Schwarzbourg-Sondershausen) en 1909 regroupa, par une union personnelle, le gouvernement du prince Gonthier Victor de Schwarzbourg-Rudolstadt, chacun des deux États gardant sa place et ses prérogatives au sein du Reich.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:09

PRINCIPAUTÉ DE SCHWARZBOURG-SONDERSHAUSEN
Fürstentum Schwarzburg-Sondershausen




Le comté de Schwarzbourg-Sondershausen apparut en 1599, lors de la division du comté de Schwarzbourg, et devint une principauté en 1697. De 1807 à 1813, elle fut intégrée dans la Confédération du Rhin créée par Napoléon Ier. La principauté entra ensuite dans la Confédération germanique en 1815.
Elle fut neutre lors de la guerre de 1866 entre l’Autriche et la Prusse, mais fit cependant partie des seize premiers États à entrer dans la Confédération de l’Allemagne du Nord, le 18 août 1866.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:09

PRINCIPAUTÉ DE SCHWARZBOURG-RUDOLSTADT
Fürstentum Schwarzburg-Rudolstadt



Le comté de Schwarzbourg-Rudolstadt apparaît en 1599, lors de la division du comté de Schwarzbourg. Le comte devint prince en 1711, quatorze ans après son cousin de la branche aînée. De 1807 à 1813, la principauté de Schwarzbourg-Rudolstadt fut intégrée dans la Confédération du Rhin créée par Napoléon Ier. Elle entra dans la Confédération germanique en 1815.
Schwarzbourg-Rudolstadt fut neutre lors de la guerre de 1866 entre la Prusse et l’Autriche, ce qui ne l’empêcha pas de faire partie des seize premiers États à entrer dans la Confédération de l’Alle-magne du Nord, le 18 août 1866.


En 1914, la principauté a une surface de 940 km². Sa population atteint en 1910 100 702 habitants. Sa capitale est Rudolstadt (12 937 hab.) La principauté est divisée en 6 territoires (dont 3 plus importants) en Thuringe et dans la Prusse saxonne. Ils forment 3 bailliages (Landratämter : Rudolstadt, Königsee et Frankenhausen).
Son drapeau national est identique à celui de la principauté de Schwarzbourg-Sondershausen. Son souverain en 1914 est le prince Gonthier Victor (1890-1918), également régent de la principauté de Schwarzbourg-Sondershausen depuis 1909. Il abdique pour les deux principautés le 22 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:09

PRINCIPAUTÉ DE WALDECK-ET-PYRMONT
Fürstentum Waldeck-und-Pyrmont


Le comté de Waldeck, apparu au XIIIème siècle, fut divisé en deux branches principales deux siècles plus tard. La première branche (Waldeck-Eisenberg) s’étant éteinte en 1692, ce fut le comte de Waldeck-Wildungen qui recueillit l’héritage de l’ensemble du comté, avant d’être élevé au rang de prince de Waldeck-et-Pyrmont en 1712. La principauté fit partie de la Confédération du Rhin entre 1807 et 1813, puis entra dans la Confédération germanique en 1815.
Waldeck-et-Pyrmont fut l’alliée de la Prusse lors de la guerre de 1866 et obtint pour cela quelques enclaves de Hesse-Darmstadt, sans pourtant engager de troupes dans la guerre. La principauté fit ensuite partie des seize États fondateurs de la Confédération de l’Allemagne du Nord en août 1866.
Ne pouvant payer sa contribution à la Confédération, la principauté dut signer en octobre 1867 un traité avec la Prusse : elle restait nominalement indépendante (Bismarck refusant l’annexion pour des raisons de prestige), mais la Prusse se chargeait de son administration, le prince de Waldeck-et-Pyrmont gardant juste l’administration des cultes et des domaines, le droit de grâce et un droit d’ap-probation des lois. Ce traité fut ensuite renouvelé tous les dix ans jusqu’à la fin de l’empire allemand.

En 1914, la principauté de Waldeck-et-Pyrmont a une superficie de 1 121 km². Elle compte 61 707 habitants (recensement de 1910). Elle est divisée en deux territoires éloignés l’un de l’autre, Waldeck (enclavé à l’intérieur de la Prusse, entre les provinces de Westphalie et de Hesse-Nassau) et Pyrmont (enclavé entre le Hanovre prussien, la Lippe-Detmold et le Brunswick). Ces territoires sont divisés en quatre cantons (Kreise : Eder, Eisenberg, Twiste et Pyrmont). La capitale de la principauté est Arolsen (2 793 hab.).
Le drapeau national adopte des couleurs noir-rouge-or, très communes dans les États allemands, que l’on retrouve en particulier pour les principautés de Reuss. Ce sont celles du blason du Saint-Empire ; celles des troupes des corps francs du baron von Lützow, levées pour lutter contre Napoléon en 1813 ; enfin, celles de la Confédération germanique entre 1815 et 1866.
En 1914, le prince est, depuis 1893, Frédéric de Waldeck-et-Pyrmont. Il abdique le 13 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:09

PRINCIPAUTÉS DE REUSS


L’histoire des principautés de Reuss fut marquée par de nombreux morcellements et réunifications. L’Empereur Otton III (980-1002) confia ce territoire de l’est de la Thuringe à un bailli impérial (Vogt), d’où le nom ancien du territoire, Vogtland. Le premier membre connu de la maison de Reuss, Erkenbert Ier, cité en 1122, fut nommé bailli impérial de Weida par l’Empereur Henri V (1111-1125). Ensuite, profitant de l’affaiblissement du pouvoir central, les successeurs d’Erkenbert parvinrent à s’assurer le contrôler de tout le Vogtland en même temps que l’hérédité de la charge de bailli impérial.
Ce fut en l’honneur de l’Empereur Henri V que tous les membres masculins de la maison de Reuss furent appelés Henri. Cette particularité fit la célébrité de la famille, mais rend son histoire généalogique particulièrement difficile à suivre ! En effet, tous les hommes sont numérotés par ordre de naissance (et non de succession) sur de longues séquences, avec reprise de la numérotation au numéro I à intervalles réguliers, par centaine pour la branche aînée, par siècle pour la branche cadette. La dernière séquence de la branche aînée commença avec Henri Ier (1693-1714) pour s’achever avec Henri XXIV (1902-1918). Le record dans la numérotation de la branche cadette fut atteint par le prince Henri LXXV de Reuß zu Köstriz (1800-1801).
Ce fut au XVIème siècle que les trois fils d’Henri XIII, bailli de Plauen-Greiz (1464-1535), prirent le nom de Reuss, en souvenir d’Henri VI de Plauen-Greiz (1536-1572), surnommé « der Reussen » (« le Ruthène »). Le surnom devint alors le nom de la famille. En 1673, tous ses membres furent élevés à la dignité de comtes du Saint-Empire romain germanique. Ils prirent alors le nom de comtes Reuss.

En 1914, comme pour les deux principautés de Schwarzbourg, c’est un seul souverain, Henri XXVII prince Reuss à Géra (Fürst Reuß zu Gera, branche cadette, 1908-1918), qui assure, grâce à une union personnelle, le gouvernement des deux principautés, celles-ci conservant leur individualité à l’intérieur de l’empire allemand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:10

PRINCIPAUTÉ DE REUSS BRANCHE AINEE
Fürstentum Reuß ältere Linie (Reuß zu Greiz)

Ce fut en 1564, par le partage des territoires familiaux, qu’apparut la branche aînée (Reuß ältere Linie) en la personne d’Henri Ier Reuss (1506-1572), qui recueillit les territoires de l’Untergreiz. Après plusieurs divisions territoriales, le comte Henri IX Reuß zu Obergreiz (1722-1800) réunit en 1768 en un seul État l’Untergreiz et l’Obergreiz. Il obtint dix ans plus tard le titre de prince du Saint-Empire et prit alors (1778) le titre de prince « Reuß ältere Linie » ou prince Reuss à Greiz (Fürst Reuß zu Greiz), d’après le nom de sa capitale.
A l’époque napoléonienne, les territoires de la branche aînée firent partie de la Confédération du Rhin entre 1807 et 1813. Le prince Reuß zu Greiz fut ensuite un des souverains de la Confédération germanique créée en 1815. Henri XXII (1859-1902) monta sur le trône à l’âge de treize ans, d’où la régence de sa mère, Caroline de Hesse-Hombourg jusqu’en 1867. Les origines familiales de cette dernière (son mari Henri XX Reuss était officier autrichien et elle était fille du général autrichien Gustave de Hesse-Hombourg) expliquèrent que la principauté se rangea dans le camp de l’Autriche lors de la guerre de 1866, ce qui déclencha une occupation prussienne, terminée en octobre de la même année contre le paiement d’une indemnité de guerre de 100 000 thalers. Auparavant, la principauté fut forcée de rejoindre la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 26 septembre 1866. Henri XXII gouverna lui-même à partir de sa majorité en 1867 et demeura un adversaire déclaré de Bismarck.
Son fils Henri XXIV lui succéda en 1902, mais fut déclaré incapable de régner pour cause d’aliénation mentale. Une régence fut donc exercée par son cousin de la branche cadette, Henri XIV prince Reuß zu Gera. Déclaré inapte à son tour en octobre 1908 à cause de son âge (76 ans), ce dernier céda alors la régence à son fils Henri XXVII.
En 1914, la principauté de Reuss branche aînée (Reuß ältere Linie ou Reuß zu Greiz) a une surface de 316 km². Le recensement de 1910 lui donne une population de 72 769 habitants. Sa capitale est Greiz (23 245 hab.). La principauté est divisée en six territoires, dont deux principaux, séparés par une partie du grand-duché de Saxe-Weimar-Eisenach. Ils forment l’arrondissement (Landratsamt) de Greiz et la circonscription cantonale (Amtsgerichtsbezirk) de Burgk.
Le drapeau national reprend les couleurs germaniques noir-rouge-or (voir explication p. 74). Le prince Reuß zu Greiz est depuis 1902 Henri XXIV, mais le pouvoir est confié à la régence de son cousin Henri XXVII depuis 1908, comme on l’a vu. Henri XXIV mourut en octobre 1927.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:10

PRINCIPAUTÉ DE REUSS BRANCHE CADETTE
Fürstentum Reuß jüngere Linie (Reuß zu Gera)

Ce fut en 1564, par le partage des territoires familiaux, qu’apparut la branche cadette (Reuß jüngere Linie ou Reuß zu Gera) avec Henri XVI Reuss (1530-1572), qui reçut les territoires de Géra. Au XVIIème siècle, la branche cadette se divisa en de nombreux rameaux, dont deux s’éteignirent avant 1806. Les chefs des quatre branches encore existantes (comtes Reuß zu Schleiz, Reuß zu Köstritz, Reuß zu Lobenstein und Selbitz (branche éteinte en 1824) et Reuß zu Ebersdorf (branche éteinte en 1853) devinrent princes du Saint-Empire en 1806, juste avant sa disparition. Les territoires des branches cadettes de la maison de Reuss firent partie de la Confédération du Rhin entre 1807 et 1813, puis de la Confédération germanique à partir de 1815. En 1848, le prince Henri LXII Reuß zu Schleiz (1818-1848) réunit sous son autorité toutes les terres de la branche cadette et prit alors le titre de prince Reuß zu Gera (1848-1854) d’après le nom de sa nouvelle capitale.
Lors de la guerre de 1866 entre la Prusse et l’Autriche, la principauté de Reuss branche cadette se déclara neutre. Elle fit cependant partie des seize États fondateurs de la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 18 août 1866. En 1908, le prince Henri XXVII de Reuss branche cadette recueillit la régence des deux principautés après que son père eût été déclaré inapte à régner. Il devint prince Reuss de la branche cadette à la mort de son père en mars 1913 et continua d’exercer la régence de la principauté de la branche aînée.

En 1914, la principauté de Reuss branche cadette (Reuß jüngere Linie ou Reuß zu Gera) a une surface de 826 km². Sa population en 1910 est de 152 752 habitants. Sa capitale est Géra (49 276 hab.). La principauté est divisée en 2 arrondissements (Landratamtsbezirke), Gera et Schleiz, formé de 2 territoires principaux et de trois enclaves plus petites dans l’est de la Thuringe.
Le drapeau national reprend également les couleurs germaniques, mais avec une disposition différente de celle de la branche aînée, le jaune et le rouge étant inversés. L’étendard princier est identique pour les deux branches de la famille. Le prince de Reuss, branche cadette, est, depuis mars 1913, Henri XXVII Reuß zu Gera. Il est également régent Reuß zu Greiz depuis 1908. Il abdique pour les deux principautés le 11 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Admin
Admin


Messages : 2890
Date d'inscription : 18/02/2008

MessageSujet: o   Lun 12 Jan - 2:11

PRINCIPAUTÉ DE LIPPE-DETMOLD
Fürstentum Lippe-Detmold

La première mention d’un seigneur de Lippe date de 1123. En 1613, le comte Simon VI de Lippe divisa ses possessions entre ses trois fils, donnant naissance aux branches de Lippe-Detmold, Lippe-Brake (éteinte en 1709) et Lippe-Bückeburg (devenue Schaumbourg-Lippe en 1640). En 1720, les comtes de Lippe devinrent princes du Saint-Empire.
La principauté entra en 1807 dans la Confédération du Rhin créée l’année précédente par Napoléon Ier. Après l’effondrement de la domination française, la principauté de Lippe-Detmold fit ensuite partie de la Confédération germanique à partir de 1815. Lors de la guerre de 1866 entre la Prusse et l’Autriche, Lippe-Detmold se rangea du côté de la Prusse et fit ensuite partie des seize États qui fondèrent la Confédération de l’Allemagne du Nord par le traité du 18 août 1866.
A la mort sans héritier du prince Woldemar de Lippe-Detmold en mars 1895, la principauté revint à son frère Alexandre (1895-1905). Incapable de régner pour cause d’aliénation mentale, le pouvoir fut exercé par un régent, son cousin le prince Adolphe de Schaumbourg-Lippe, beau-frère de l’empereur Guillaume II. Après un arbitrage rendu par un tribunal présidé par le roi de Saxe en juin 1897, la régence passa alors à une autre branche de la famille, celle du comte Ernest de Lippe-Biesterfeld, auquel succéda, après sa mort en septembre 1904, son fils Léopold, malgré les protestations de la famille de Schaumbourg-Lippe. Après décision de justice, Léopold de Lippe-Biesterfeld devint prince de Lippe-Detmold le 25 octobre 1905, après la mort du prince Alexandre en janvier de la même année.

En 1914, la principauté de Lippe-Detmold, enclavée entre les provinces prussiennes de Westphalie et de Hanovre, a une surface de 1 215 km². Sa population au recensement de 1910 est de 150 937 habitants. La principauté est formée d’un territoire principal et de quatre petites enclaves, sa capitale est Detmold (14 295 hab.). Le territoire lippois est divisé en 8 villes (Städte : Barntrup, Blomberg, Detmold, Horn, Lage, Lemgo, Salzuflen et Schwalenberg) et 5 baillages (Verwaltungsämter : Blomberg, Brake, Detmold, Lipperode-Cappel et Schötmar). Son prince est depuis octobre 1905, Léopold IV de Lippe-Detmold. Il abdique le 12 novembre 1918.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://histoiremilitaria2.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Empire Allemand de 1914.   Aujourd'hui à 21:02

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Empire Allemand de 1914.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF
» Histoire d'un Allemand (Souvenirs 1914-1933) de Sebastian HAFFNER
» Histoire d'un Allemand (souvenirs 1914-1933) de SEBASTIAN HAFFNER
» Uhlan allemand 1914
» operations vallée Munster 08.1914

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoirémilitaria2 :: les dossiers d'histoire :: histoire générale-
Sauter vers: